Le document de la CIA qui vise Kaspar Villiger

CryptoLeaksAlors que l'ancien conseiller fédéral PLR nie avoir été au courant que Crypto AG était pilotée par les Américains, des documents de la CIA laissent penser le contraire.

Le document de la CIA.

Le document de la CIA. Image: keystone/dr

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Dans un document de la CIA en la possession de la rédaction de Tamedia et reproduit ici, il est indiqué noir sur blanc que Kaspar Villiger était «parfaitement au courant de l’influence américaine sur Crypto AG». On y évoque notamment une rencontre avec le conseiller national Georg Stucky (PLR/ZG) en mai 1994. Ce dernier siégeait alors au conseil d’administration de Crypto AG. Selon ce document, il était venu trouver le ministre de la Défense Villiger pour parler de la société. «Ah, toi, tu es le type qui siège au conseil de cette boîte de la CIA», aurait par exemple lancé Kaspar Villiger.

L’ancien conseiller fédéral ne nie pas qu’il y ait pu avoir une rencontre avec son camarade de parti à propos de Crypto AG. «Je me souviens d’une réunion avec le conseiller national Stucky, comme il est d’usage et comme cela arrive toujours avec les parlementaires», écrit-il quand on lui pose la question.

Selon les souvenirs de l’ancien conseiller fédéral, cette réunion était peut-être liée à un rapport de la police fédérale qui, à l’époque, menait une enquête infructueuse sur Crypto AG. «Je n’ai reçu aucune information qui aurait pu m’alerter.»

Ancien membre du conseil de Crypto AG, Georg Stucky a 89 ans aujourd’hui. Il ne serait pas en état de répondre à nos questions. À l’émission «Rundschau», il a cependant fait savoir ceci: «Je ne me souviens de rien de tel.»

Kaspar Villiger, aujourd’hui âgé de 79 ans, nie avec force cette présentation des faits. «Je n’étais pas au courant de cette opération de renseignement», répond-il suite à notre demande. «Je n’aurais jamais couvert des activités au profit de pays tiers qui pourraient nuire à la réputation de neutralité et de fiabilité de la Suisse, et j’aurais certainement thématisé cette question au sein du Conseil fédéral.»

Selon ses dires, tout ce qu’il sait sur cette affaire serait fondé sur les informations qu’il a obtenues de «Rundschau» lors de divers entretiens. «Je dois donc supposer que je n’ai pas été suffisamment informé pendant mon mandat», écrit M. Villiger. Cette déclaration suggère qu’il n’exclut pas la possibilité que des organismes subordonnés – en particulier les services de renseignement au Département militaire – aient été au parfum.

Kaspar Villiger affirme n’avoir «jamais eu de rôle actif» dans cette affaire. «Ne pas informer mes collègues du gouvernement aurait été contraire à mes convictions politiques», ajoute-t-il. Peu en importent les raisons, les notes de la CIA, selon lui, ne refléteraient pas la réalité.

Créé: 13.02.2020, 06h40

Articles en relation

Comprendre les CryptoLeaks en sept points

Espionnage De nouveaux documents prouvent que les Services de renseignement américains contrôlaient une société de cryptage des communications basée en Suisse. Plus...

L’espion que la Suisse a toléré

L’éditorial Plus...

L'affaire Crypto en quelques dates

Espionnage Une société zougoise… en apparence. Plus...

L’affaire d'espionnage suscite la nervosité au sein du Conseil fédéral

CryptoLeaks Le potentiel politique explosif de l'affaire Crypto est considérable. Le Conseil fédéral joue la carte de la transparence: un ex-juge fédéral doit, lui, éclaircir les faits. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les PV diminuent depuis que les policiers doivent y écrire leur nom
Plus...