Passer au contenu principal

ValaisDix ans pour 46 coups de couteau

Un homme a été reconnu coupable de meurtre mercredi pour avoir poignardé à mort son épouse, en Valais.

L'homme a déjà purgé quatre ans et demi de prison depuis les faits.
L'homme a déjà purgé quatre ans et demi de prison depuis les faits.
Photo d'illustration, Keystone

Le Tribunal d'arrondissement de Sierre a condamné le Valaisan auteur de 46 coups de couteau sur son épouse en 2015 à dix ans de prison ferme. La Cour l'a reconnu coupable de meurtre. Le chef d'accusation d'assassinat n'a pas été retenu par les juges.

La Cour s'est écartée de l'avis des premiers experts, qui jugeaient l'actuel sexagénaire irresponsable au moment de son passage à l'acte. Elle a au contraire retenu le second rapport d'expertise, selon lequel l?accusé jouissait d'une responsabilité moyennement diminuée le jour du meurtre.

Dans son jugement, le Tribunal a également pris en compte «l'extrême gravité des actes». Si le Ministère public avait plaidé pour un assassinat – cela n'a pas été retenu puisqu'il n'y a pas eu de préméditation -, le verdict correspond à la plaidoirie de l'avocat des deux enfants du couple, Maître Emmanuel Crettaz.

Ambiance délétère

Lors de son audition par la présidente Florence Troillet, le père de famille s'était une nouvelle fois excusé, fondant en larmes. Le prévenu a dit «avoir demandé pardon à mes enfants. Je n'aurai jamais de toute ma vie pour regretter ce que j'ai fait.»

L'ambiance dans laquelle s'est effectué le passage à l'acte a également influencé le verdict. Le couple battait de l'aile depuis longtemps. L'épouse avait indiqué son souhait de retourner dans son pays d'origine avec ses deux enfants.

L'accusé, dépeint «comme narcissique et égocentrique» par la procureure Catherine de Rothen, «avait tendance à manquer d'affection et de tendresse vis-à-vis de sa moitié.»

Suivi thérapeutique

Sur les dix ans de prison ferme auxquels l'homme a été condamné, il en a déjà purgé quatre ans et demi en préventive à la prison de Sion. Le Valaisan a en outre écopé de 10 jours-amende à 10 francs pour infraction à la loi fédérale sur les armes pour l'acquisition et la possession d'une arme à cran d'arrêt. Celle du crime.

En prison, le Valaisan devra se soumettre à un suivi thérapeutique. Depuis son incarcération, l'homme a déjà suivi une septantaine de séances de psychothérapie.

Suicide manqué

Les faits s'étaient produits le 16 juin 2015, au domicile familial. Afin de mettre un terme à une violente dispute, le prévenu avait asséné 46 coups de couteau à sa femme, notamment au cœur et au cou.

Après avoir prévenu les secours, le meurtrier avait tenté de se suicider, sans résultat, en se tailladant les veines de l'avant-bras gauche et en s'infligeant treize coups de couteau.

Vers un recours?

Avocat du condamné, Grégoire Varone avait parlé «d'un pétage de plomb» lors du procès, lundi. Il avait plaidé l'irresponsabilité, le crime passionnel, subsidiairement le meurtre et demandé une peine ne dépassant pas quatre ans et demi. Le Tribunal de district de Sierre a eu la main plus lourde. L'avocat sédunois pourrait ainsi interjeter appel auprès du Tribunal cantonal.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.