Passer au contenu principal

Une distance mini entre vélos et voitures est exigée

La loi ne fixant pas d'écart minimum entre autos et vélos, les cyclistes se sont mobilisés, samedi à Berne, pour changer la donne.

En Suisse, 10% des accidents de vélo sont dus à un dépassement trop serré.
En Suisse, 10% des accidents de vélo sont dus à un dépassement trop serré.
DR/Twitter

Une cinquantaine de personnes ont participé samedi après-midi à une action à travers la ville de Berne pour demander une distance latérale suffisante pour dépasser les vélos. Armés de nouille de bain, les cyclistes répondaient à l'appel de l'Association Pro Velo.

En Suisse, 10% des accidents de vélo sont dus à un dépassement trop serré. Et la loi ne fixe aucun écart minimal. Afin d?augmenter la sécurité des cyclistes, Pro Velo Suisse demande qu'une distance minimale d'un mètre en agglomération, respectivement de 1,50 mètre hors agglomération soit inscrite dans la loi.

De nombreux pays européens connaissent déjà une norme minimale en la matière. Lors de l'assemblée générale de Pro Velo samedi matin, l'adjoint à la maire de Paris, Christophe Najdovski, également président de l'European Cyclists Federation, a présenté le plan vélo adopté par la capitale française en 2015 déjà.

Le conseiller national Matthias Aebischer (PS/BE), président de Pro Velo s'est quant à lui joint au cortège de cyclistes dans la ville fédérale, composé pour moitié de Romands. En 2018, le Conseil fédéral n'avait pas estimé nécessaire de modifier la loi sur la distance latérale de dépassement dans une réponse à une intervention parlementaire.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.