Des femmes violentées cherchent refuge, en vain

Suisse La surcharge des lieux de protection contraint plusieurs victimes de violence à retourner vivre chez leurs bourreaux, qu'elles avaient tenté de fuir.

En 2018, 487 demandes de protection ont été refusées à cause du manque de place ou de personnel.

En 2018, 487 demandes de protection ont été refusées à cause du manque de place ou de personnel. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les refuges pour les victimes de violence familiale sont surchargés. Selon le SonntagsZeitung, les 19 maisons d'hébergement pour femmes en Suisse ont dû refuser l'année dernière 487 demandes de protection sur un total de 1771 en raison d'un manque de place ou de personnel. Et 806 autres personnes n'ont pas été admises pour d'autres raisons.

Au total, une femme sur deux a ainsi été rejetée. Les 965 admises ont passé en moyenne 37 jours dans une de ces structures. Selon une étude de la Conférence des directrices et directeurs cantonaux des affaires sociales (CDAS), seulement 41% des femmes refusées ont trouvé une place dans un autre refuge. Les autres se sont retrouvées dans des refuges sans protection ni soins ou sont retournées dans l'environnement privé qu'elles cherchaient à quitter.

La CDAS a décidé vendredi d'améliorer le financement des refuges pour femmes. Le Secrétariat général a été chargé d'élaborer des recommandations allant dans ce sens.

Créé: 12.05.2019, 11h15

Articles en relation

Violence conjugale: victime mieux protégée

Suisse Le National s'est rallié aux principales décisions du Conseil des Etats pour mieux protéger les victimes de harcèlement et de violence domestique. Plus...

Violence conjugale: Vaud durcit le ton

Loi La nouvelle loi vaudoise sur les violences domestiques, qui entre en force ce jeudi, prévoit le port d'un bracelet électronique si le juge l'estime nécessaire. Plus...

«La violence conjugale est aussi une affaire de jeunes»

Prévention L’Instruction publique a lancé deux projets pour lutter contre les violences en couple et les stéréotypes de genre. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.