La patronne de La Poste justifie la mort de 600 offices

RestructurationSusanne Ruoff: «Ce n’est pas un démantèlement mais une extension.»

Susanne Ruoff, patronne de La Poste.

Susanne Ruoff, patronne de La Poste. Image: JEAN-PAUL GUINNARD -A

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Susanne Ruoff, la directrice de La Poste, était légèrement tendue hier matin au siège central du Wankdorf à Berne. Il faut dire qu’elle avait une nouvelle explosive à communiquer: la suppression de 500 à 600 offices postaux traditionnels d’ici à 2020. Sur 1400 offices, cela fait une diminution de plus d’un tiers. 1200 postiers seront touchés. L’entreprise fera tout pour éviter les licenciements mais elle ne peut totalement les exclure. Elle compte sur les nombreux départs à la retraite ces prochaines années pour limiter la casse.

S’agit-il d’un démantèlement du réseau postal? Susanne Ruoff le dément fermement. «C’est au contraire une extension du réseau. Nous supprimons des offices traditionnels mais nous augmentons les points d’accès aux services de La Poste pour les clients. Ils passeront de 3700 à 4000 en 2020. Nous aurons donc moins d’offices postaux mais plus d’agences postales dont les horaires d’ouverture sont deux fois plus étendus.» Les services de La Poste seront donc davantage présents dans les commerces, les bâtiments communaux, voire dans les homes pour personnes âgées ou dans les hôtels.

«Nous ne nous restructurons pas pour le plaisir de changer, explique la directrice. Nous nous adaptons aux besoins de nos clients. Les gens ne travaillent plus dans la commune où ils résident, ils sont mobiles et branchés sur le monde digital via leur smartphone. Et ils veulent des services 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7.» La Poste va-t-elle du coup passer à l’as les seniors déconnectés? Elle s’en défend. Elle propose des solutions alternatives comme par exemple le service à domicile (lire ci-contre). Elle souligne aussi que le réseau postal suisse est le plus dense en Europe en termes de points d’accès aux prestations postales.

Tout cela, c’est bien joli. Mais quels offices postaux traditionnels et dans quelles régions vont passer à la trappe? Là, Susanne Ruoff refuse de donner le moindre détail. «Nous devons au préalable discuter avec les cantons. Nous commencerons dès ce jeudi. Notre idée n’est pas de se focaliser sur tel ou tel office postal mais d’examiner les prestations globalement au niveau d’une région. Après la discussion avec les cantons, qui devrait se terminer au premier trimestre 2017, nous serons au clair. Et rien ne nous empêchera alors de diffuser une liste des offices concernés.»

Elus résignés mais vigilants

La Poste promet enfin de faire un effort particulier pour associer plus étroitement les communes et la population locale au remplacement d’un office traditionnel par une agence postale ou un point de dépôt ou de retrait. Comme le résume Thomas Baur, nouveau responsable du Réseau postal, «il ne faut pas juger La Poste à son béton mais à ses prestations».

A Berne, les élus oscillent entre une certaine résignation et la volonté de surveiller la suite des opérations. «Cette décision n’est pas populaire, mais elle est probablement en partie nécessaire, presque indispensable», note prudemment Fabio Regazzi (PDC/TI). «On ne peut pas maintenir des services déficitaires dans l’ampleur actuelle», renchérit Manfred Bühler (UDC/BE).

Contribution en baisse?

Plusieurs parlementaires ont eux-mêmes vu l’office de leur commune fermer. C’est le cas de Martin Candinas (PDC/GR). Côté avantages, les heures d’ouverture sont plus larges dans la nouvelle agence et cette opération augmente les chances de survie du magasin du village. Mais le Grison ajoute que les clients ne peuvent plus effectuer un paiement avec de l’argent liquide. Il craint encore que la contribution payée par La Poste ne baisse. «Si ce n’est plus intéressant pour les affaires du magasin, celui-ci risque d’arrêter.» «Nous nous attendions à une telle annonce, mais l’ampleur est surprenante, réagit Jacques-André Maire (PS/NE), qui s’inquiète pour le personnel. Il y aura des retraites anticipées et des changements de fonction. Je resterai vigilant sur ces questions.» Pour lui comme pour ses collègues, l’autre priorité est le maintien des prestations, y compris dans les régions périphériques.

La Poste va rencontrer lundi la commission du National chargée du dossier. Martin Candinas a notamment l’intention de relancer une question déjà abordée. La loi prévoit que 80% de la population ait une agence à moins de vingt minutes de son domicile. Selon lui, il faudrait préciser que ce doit être le cas dans toutes les régions. Actuellement, la moyenne des villes peut en effet compenser celle des campagnes.

«Certaines régions risquent d’être prétéritées, il y a un gros risque de clivage supplémentaire», conclut Hugues Hiltpold (PLR/GE). Le Genevois rappelle toutefois que l’autonomie des grandes régies publiques a été voulue. Dès lors, le politique n’a qu’un rôle de contrôle.

Créé: 26.10.2016, 22h27

Articles en relation

La Poste suscite la colère des syndicats

Restructuration Les représentants du personnel s'inquiètent pour les employés et pour les régions périphériques. Plus...

«La Poste n’est pas un service social»

Service public Editorial Le président Peter Hasler estime qu’il y a encore trop d’offices postaux sous-utilisés. Et il craint un retour au Moyen Age. Plus...

Le salaire des patrons des groupes publics dévoilé

Etude Le rapport fédéral sur les salaires des cadres 2015 est sorti. Le directeur des CFF est le mieux rémunéré. Il est talonné par ses homologues de RUAG et de La Poste. Plus...

Le Petit Poucet genevois n'a pas peur de La Poste

Vote par Internet Seuls 8,8% des citoyens du Canton ont demandé à voter toujours par Internet. Vaud testera la solution genevoise début 2018. La Poste lorgne le marché avec le leader mondial de l'e-voting. Plus...

L’office de La Poste de Cointrin sera bientôt fermé

Services Les faibles transactions ne justifient pas le maintien du lieu, explique la régie. Un partenaire de substitution est toujours recherché. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Coronavirus et enseignement à la maison
Plus...