Passer au contenu principal

La patronne de La Poste justifie la mort de 600 offices

Susanne Ruoff: «Ce n’est pas un démantèlement mais une extension.»

Susanne Ruoff, patronne de La Poste.
Susanne Ruoff, patronne de La Poste.
JEAN-PAUL GUINNARD -A

Susanne Ruoff, la directrice de La Poste, était légèrement tendue hier matin au siège central du Wankdorf à Berne. Il faut dire qu’elle avait une nouvelle explosive à communiquer: la suppression de 500 à 600 offices postaux traditionnels d’ici à 2020. Sur 1400 offices, cela fait une diminution de plus d’un tiers. 1200 postiers seront touchés. L’entreprise fera tout pour éviter les licenciements mais elle ne peut totalement les exclure. Elle compte sur les nombreux départs à la retraite ces prochaines années pour limiter la casse.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.