Passer au contenu principal

Les délais d’attente font désespérer les enfants placés

Les victimes de placements abusifs dénoncent une attente trop longue pour toucher leur argent.

Les dossiers des personnes gravement malades ou âgées de plus de 75 ans sont traités en priorité, soit 1400 des 9018 demandes adressées. L’OFJ évaluera 2500 autres cas d’ici 2019. Les dernières victimes seront indemnisées au plus tard en 2021.
Les dossiers des personnes gravement malades ou âgées de plus de 75 ans sont traités en priorité, soit 1400 des 9018 demandes adressées. L’OFJ évaluera 2500 autres cas d’ici 2019. Les dernières victimes seront indemnisées au plus tard en 2021.
Keystone

«Il y a cette dame de 80 ans, à Genève… Je crois qu’elle s’est ôté la vie. Elle m’a appelé la semaine passée pour me dire adieu, raconte, la gorge serrée, l’ancien enfant placé Clément Wielly. Ces derniers temps, elle était toujours plus désespérée. Elle n’avait plus la force d’attendre.»

Le groupe hors et interpartis qui défend les victimes de placements abusifs, réuni jeudi à Lausanne pour une conférence de presse, est dépité. Après s’être battus en vain pour que les victimes disposent d’un délai plus long pour déposer la demande de contribution à laquelle ils ont droit auprès de la Confédération, les militants dénoncent à présent des temps d’attente beaucoup trop étendus. Le groupe a envoyé le 12 juillet une lettre au président de la Confédération exigeant un traitement des dossiers plus rapide.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.