Une décision du TF fait saliver les vendeurs de CBD

CommerceBerne ne peut plus taxer le cannabis légal comme du tabac, juge le Tribunal fédéral. Des fabricants veulent être remboursés.

Dans une boutique spécialisée de Berne, un vendeur dispose des échantillons de fleurs de cannabis légal.

Dans une boutique spécialisée de Berne, un vendeur dispose des échantillons de fleurs de cannabis légal. Image: Jean-Paul Guinnard

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le secteur du cannabis légal est en ébullition à la suite d’une décision du Tribunal fédéral qui a pris tout le monde par surprise. Dans un arrêt divulgué mardi, les juges de Mon-Repos ont décidé que la Confédération ne pouvait pas traiter comme un substitut du tabac les fleurs de CBD, soit le cannabis qui contient moins de 1% de THC et qui n’est pas interdit.

Conséquence: l’Administration fédérale des douanes (AFD) doit cesser d’imposer la substance en se fondant sur la loi sur les produits du tabac, comme elle le fait depuis 2017. La décision est tout sauf anodine. L’impôt sur le tabac s’élève à 25%. Selon l’AFD, il a permis des rentrées fiscales de 10,6 millions de francs en 2019. L’année précédente, la somme était de 12,1 millions. Elle atteignait 11,1 millions en 2017.

L’arrêt suscite une foule de questions. L’une des premières étant de savoir si les montants perçus seront remboursés à tous les fabricants du pays. Ou encore: quelle option est envisagée pour imposer le cannabis légal et combler le manque à gagner? L’AFD répond laconiquement avoir pris connaissance de la décision vendredi. Elle est en train de l’analyser et ne pourra se prononcer «qu’ultérieurement sur les mesures à prendre».

La faîtière CI Chanvre espère des réponses rapides. «Pour l’heure, c’est le flou. Les trois plaignants (ndlr: Swiss Cannabis, Canway et Artemis) seront remboursés, mais pour les autres rien n’est moins sûr», déclare Marco Kuhn, secrétaire de l’association. À Lausanne, le magasin DrGreen est déterminé à se battre pour récupérer les montants perçus «illégalement». Il les évalue à «plusieurs centaines de milliers de francs».

«Nous sommes prêts à aller jusqu’au bout», lance Paul Monot, cofondateur de l’enseigne spécialisée dans la vente de produits à base de CBD. Précisons que l’impôt sur le tabac n’était prélevé que sur les fleurs pouvant être fumées et pas sur les huiles et autres produits dérivés.

Le jugement du TF suscite beaucoup d’espoir dans le secteur. Paul Monot est convaincu qu’il va permettre de stimuler des ventes en «stagnation». «Le prix était un frein», dit-il. Celui-ci va-t-il baisser? «Ce devrait être le cas, mais attendons d’avoir la réponse de l’AFD», ajoute-t-on prudemment du côté d’IC Chanvre. La faîtière plaide pour la création d’une loi spécifique sur le cannabis à fumer, qui fixerait un taux d’imposition adapté. Un processus qui pourrait prendre plusieurs années.

Une certitude: la décision du TF n’aura pas de conséquences sur l’obligation d’imprimer les avertissements illustrés sur les emballages de CBD, affirme l’Office fédéral de la santé publique. Addiction Suisse salue le maintien de cette prescription, mais ne peut s’en satisfaire.

L’organisation de prévention juge également important le prélèvement d’une taxe. «Le prix a un effet sur la consommation, détaille son vice-directeur, Frank Zobel. Quand on fume du CBD, il y a combustion et ce processus reste nocif.»

Créé: 19.02.2020, 20h38

Articles en relation

CBD, l'âge de raison

Suisse Video Addiction Suisse vient de publier ses observations quant au cannabidiol. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Coronavirus et enseignement à la maison
Plus...