L’armée suisse doit-elle garder la frontière?

Après les attentats de ParisL’UDC l'exige. Le ministre de la Défense, Ueli Maurer, évoque cette option. Le Conseil fédéral reste l'arme au pied.

Le ministre UDC de la Défense ne parle pas de contrôles systématiques mais de la nécessité d’intensifier les contrôles.

Le ministre UDC de la Défense ne parle pas de contrôles systématiques mais de la nécessité d’intensifier les contrôles. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La Suisse devrait fermer ses frontières. Et mobiliser l’armée pour venir en appui aux gardes-frontière. C’est ce que réclame l’UDC depuis les attentats de vendredi. Ces deux questions ont été évoquées par Ueli Maurer (UDC) dans plusieurs entretiens à la presse dominicale. Le ministre UDC de la Défense ne parle pas de contrôles systématiques mais de «la nécessité d’intensifier les contrôles. Cette disposition était taboue jusqu’à présent mais elle sera nécessaire», juge-t-il. Le conseiller fédéral rappelle aussi que «l’armée se tient prête à appuyer les gardes-frontière, car la situation peut évoluer très vite».

Ces deux mesures n’ont pas été retenues par le Conseil fédéral pour l’heure. Le «conseil de sécurité» réuni par la présidente de la Confédération, Simonetta Sommaruga, samedi, a décidé de renforcer la présence aux frontières, ainsi que la présence policière autour des bâtiments diplomatiques français et dans les grandes gares. Les gardes-frontière, en alerte «vigilance renforcée», ont multiplié les patrouilles tout le week-end. Quant aux polices cantonales, elles ont également multiplié les contrôles et renforcé leur présence dans les gares. Même si aucune menace concrète visant des intérêts en Suisse n’a été identifiée à ce jour, «le risque d’actes isolés de la part d’un individu perturbé agissant par mimétisme ne peut être complètement écarté», admet l’état-major de Vigipol, relayé par plusieurs polices cantonales.

Des mesures insuffisantes, aux yeux de l’UDC. Le parti, qui se réunissait samedi à Berne, a fait une déclaration officielle où il associe dans la même phrase les attentats et la crise migratoire qui secoue l’Europe: il exprime sa «profonde inquiétude devant les épouvantables actes terroristes commis à Paris et aussi devant les flux de migration incontrôlés en Europe. Il est évident que les frontières nationales doivent être immédiatement contrôlées avec l’aide de l’armée.» Oskar Freysinger ajoute: «Le temps presse, nous devons stopper le flux migratoire qui se déverse sur la Suisse, lance le conseiller d’Etat valaisan. Il n’y a pas eu d’attentat sur notre territoire mais il suffirait d’un cinglé pour que cela arrive.»

Amalgame dénoncé

A gauche, certains dénoncent vivement cet amalgame: «Le plus urgent, c’est de garder la tête froide et d’éviter la cacophonie, estime le sénateur genevois Robert Cramer (Les Verts). Je trouve misérable que l’UDC utilise le drame de Paris pour recycler ses obsessions.» L’envoi de l’armée ne serait, en soi, pas exclu pour le socialiste Pierre-Alain Fridez: «A situation exceptionnelle, mesures exceptionnelles, considère le Jurassien, membre de la Commission de sécurité du Conseil national. S’il s’avère qu’effectivement des terroristes utilisent la filière de l’asile pour entrer en Europe et si nos gardes-frontière ont vraiment besoin d’appui, alors pourquoi pas. Mais cet appui devrait être subsidiaire et le plus important sera de continuer de respecter les droits et la dignité de ces migrants.»

La mobilisation de l’armée et le bouclage des frontières ne sont «absolument pas un tabou» pour Christian Lüscher, vice-président du PLR. «Simplement, ce n’est pas d’actualité, réagit le Genevois. Les autorités fédérales font une estimation sérieuse de la situation en temps réel et il y a des moyens de défense et de prévention qui seraient bien plus urgents que les recettes de l’UDC. Il faut d’abord appliquer la nouvelle Loi sur le renseignement et autoriser les écoutes. J’ai aussi fait une proposition au parlement pour nous donner la possibilité de poursuivre d’office les individus qui auraient commis des actes terroristes à l’étranger.»

Requérants identifiés

Le bouclage des frontières et l’envoi de l’armée n’ont pas été envisagés par les organes de sécurité de la Confédération. «C’est une décision qui relèverait de l’échelon politique», souligne Cathy Maret, porte-parole de FedPol. L’éventualité que des terroristes entrent en Suisse parmi les requérants d’asile n’est en revanche pas nouvelle: «Tous les demandeurs d’asile transférés aux cantons sont enregistrés et identifiés», assure à ce propos Mario Gattiker, secrétaire d’Etat aux migrations. Chaque requérant est enregistré avec sa photo et ses empreintes digitales. Ceux qui viennent de zones de conflit comme la Syrie sont systématiquement auditionnés.

«Les dossiers délicats sont transmis au Service de renseignement de la Confédération (SRC) pour analyse», ajoute Mario Gattiker. Mais tout risque ne peut jamais être écarté: «On ne peut pas faire la lumière sur l’entier du passé des demandeurs d’asile.»

Ce doute ajoute de l’eau au moulin de l’Action pour une Suisse indépendante et neutre (ASIN), qui rappelle que son initiative populaire pour le rétablissement des contrôles systématiques aux frontières, lancée il y a quelques semaines, tombe à pic. «Nous avons identifié ce problème», ajoute Oskar Freysinger, qui se dit «estomaqué par le manque d’anticipation des autorités fédérales».

Quant à l’engagement subsidiaire de l’armée, il serait légalement possible. Ueli Maurer le rappelait, au début du mois d’octobre, en conviant les médias dans un centre de protection civile à Worb (BE): l’armée pourrait fournir du personnel sanitaire, des moyens de transport et de logistique, de même qu’un soutien pour la surveillance des frontières. Sur ce dernier point, le ministre de la Défense prenait soin de préciser que «l’armée ne pourrait pas se substituer au personnel formé pour la défense des frontières». Le conseiller fédéral estimait aussi qu’un effectif maximal de 4000 hommes serait envisageable, en raison des coupes dans le budget de l’armée. (TDG)

Créé: 16.11.2015, 10h56

Sondage

L’armée suisse doit-elle garder la frontière?

Oui

 
80.9%

Non

 
16.2%

Je ne sais pas

 
2.9%

613 votes au total


Sommaruga rassure les Suisses

La mine sévère, le ton grave, Simonetta Sommaruga a condamné samedi les attentats de Paris. Face aux médias, la présidente de la Confédération a exprimé une nouvelle fois sa solidarité avec les victimes, avec leurs proches et avec cette «France à nouveau confrontée au terrorisme». La conseillère fédérale a précisé: «Je suis profondément choquée par ces attentats qui vont à l’encontre de toutes nos valeurs et de l’humanité.»

L’autre priorité de la ministre en charge du Département de justice et police (DFJP) était visiblement de rassurer la population: «Nous analysons en temps réel le niveau de sécurité dans notre pays, a-t-elle affirmé à la RTS. Ces événements font peur quand ils arrivent à nos portes, mais le contexte n’est pas nouveau. Ces attentats montrent que la coopération internationale doit être renforcée.» Et de rappeler que le niveau de préparation du pays face aux menaces de ce genre a déjà été rehaussé deux fois ces derniers mois, car, «comme tous les pays, la Suisse n’est pas à l’abri d’un attentat».

La cheffe de l’Office fédéral de police (FedPol), Nicoletta della Valle, a ajouté que les autorités (FedPol, le DFJP, le Secrétariat d’Etat aux migrations, les polices cantonales et les corps des gardes-frontière) sont en contact et procèdent à une analyse de la situation en continu. La présence policière a été accrue samedi sur les grands axes et dans les principales gares de Suisse, a indiqué Stefan Blättler, le président de la Conférence des commandants des polices cantonales.

Et là aussi, c’est en partie pour rassurer la population: «Nous effectuons des contrôles généraux qui permettent de maintenir la vigilance, mais aussi de montrer aux gens que nous sommes présents.» De son côté, le ministre en charge des Affaires étrangères (DFAE), Didier Burkhalter, a envoyé samedi un message de sympathie à son homologue français, Laurent Fabius: «La Suisse se sent proche de la France en ces heures de souffrance.»

Articles en relation

Varsovie se ferme au quota de migrants, Munich débat, pétition à Québec

Migrations Un des terroristes est entré en Europe avec les réfugiés sur l'île de Leros. Polémique en Europe et au Québec. Plus...

L'Allemagne renforce la sécurité des foyers de réfugiés

Attentats de Paris L'Allemagne a pris des mesures sécuriser les centres d'hébergement de réfugiés après les attaques terroristes, pour contrer d'éventuelles actions de l'extrême droite. Plus...

Notre couverture des événements de lundi à mercredi

Attentats à Paris Suivez minute par minute les informations parvenant sur l'affaire des attentats de Paris. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Schneider-Ammann s'en va
Plus...