Passer au contenu principal

CoronavirusDavantage de cours en ligne pendant la pandémie

La demande pour les formations sur internet est en hausse en Suisse alors que la population est invitée à rester à la maison pour freiner la propagation du coronavirus.

Les cours en ligne intéressent principalement les adultes entre 25 et 34 ans, selon une porte-parole de l'Ecole-club Migros.
Les cours en ligne intéressent principalement les adultes entre 25 et 34 ans, selon une porte-parole de l'Ecole-club Migros.
Keystone

Alors qu'une large partie de la population suisse est appelée à rester chez elle en raison de la propagation du coronavirus, les prestataires de cours en Suisse s'adaptent à une demande en ligne en hausse. Si certains peuvent s'appuyer sur une offre à distance déjà existante, d'autres la mettent en place spécialement.

L'Ecole-club Migros a dû mettre fin aux cours en classe dans ses 50 sites jusqu'au 19 avril au moins, suite à la décision du Conseil fédéral. Mais celui qui revendique être le plus grand centre de formation d'adultes de Suisse a pu compter sur son offre en ligne, Online Academy, lancée en 2016, pour continuer son activité.

«Depuis le week-end dernier, le trafic a augmenté de 50% en comparaison avec une période normale», a constaté une porte-parole auprès d'AWP. Les cours plébiscités portent sur Excel mais aussi sur les langues (allemand, anglais et français).

Le public intéressé est avant tout adulte, entre 25 et 34 ans, vivant dans les cantons de Zurich, Berne, Genève et Vaud. «En ce moment nous remarquons une augmentation significative des personnes âgées de plus de 65 ans, qui font partie des groupes à risques (du coronavirus)», a-t-elle ajouté.

Cours de langues

Homestudies.ch, qui propose des cours de langues en ligne, a aussi fait face à un afflux de contacts. «Au cours des deux dernières semaines, le nombre de demandes a considérablement augmenté par rapport à l'année dernière. Nous disposons encore de capacités et d'un personnel enseignant suffisants pour faire face à une croissance encore plus importante», a fait savoir l'entreprise basée à Oberglatt, dans le canton de Zurich.

Les sessions d'anglais, de français ou d'allemand s'adressent à un public d'adultes. «Parmi eux figurent bien sûr des parents qui veulent soutenir leurs enfants, alors que les écoles sont fermées».

Sciences informatiques

D'autres entreprises ont dû partir de zéro afin de proposer une offre via internet, comme Futurekids, qui enseigne les sciences informatiques et la robotique de 5 à 16 ans. «D'une certaine manière, on est passé de rien à une dizaine de cours en ligne par jour», a fait savoir un des responsables Tristan Jaquier.

La première semaine a compté 35 élèves, bien moins que le volume habituel de cours en présence. «Nous avions près de 300 élèves inscrits en cours hebdomadaires dans toute la Suisse, sans compter près de 200 élèves inscrits à nos stages pour les vacances d'avril, chiffre qui aurait sûrement atteint les 300 élèves car il restait encore un mois pour les inscriptions lorsqu'on a dû annuler.» Il espère toutefois conserver ce nombre d'inscriptions en ligne jusqu'à la fin des mesures liées au coronavirus.

Le contenu a lui aussi été modifié. Impossible de fournir le matériel de robotique à distance. Et l'enseignement via internet est plus compliqué avec les 5-7 ans. L'offre s'est ainsi concentrée sur la programmation informatique de 8 à 18 ans, proposée pendant des sessions de deux heures par jour en petit groupe.

Cours par webcam

Le site communautaire Apprentus, actif en Belgique, en France et en Suisse, a aussi dû s'adapter. D'habitude, il permet de trouver des cours à domicile menés par des professeurs particuliers à Genève et à Lausanne. Un modèle mis à mal par les restrictions de déplacements.

«Apprentus a subi dès le 12 mars une chute énorme des demandes de cours», a expliqué Gaëtan Deremince, son directeur, qui a dû réagir. «Nous avons lancé une campagne auprès de nos professeurs afin qu'ils ajoutent la possibilité de donner des cours par webcam. Nous avons ensuite optimisé le site pour mettre en avant» cette nouvelle offre.

La réaction n'a pas tardé, selon lui. «Depuis une semaine, nous recevons de plus en plus de demandes pour des cours particuliers en ligne pour des activités qui n'en recevaient presque pas avant, tels que soutien scolaire (maths, physique, chimie) ou musique (des instruments semblent plus faciles à enseigner à distance comme le chant, trompette, flûte)».

S'il estime ne pas avoir encore assez de recul sur la situation, le directeur pense tout de même qu'une partie de la clientèle pourrait continuer à suivre des cours en ligne après la fin de la pandémie.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.