Cybersécurité: davantage de moyens demandés

SuissePour faire face à la cybercriminalité, le procureur de la Confédération veut un centre de compétences à l'échelle fédérale.

Selon Michael Lauber,  la centrale Melani n'est pas suffisante pour lutter contre la cybercriminalité. (Samedi 11 novembre 2017)

Selon Michael Lauber, la centrale Melani n'est pas suffisante pour lutter contre la cybercriminalité. (Samedi 11 novembre 2017)

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Il faut pouvoir combattre les attaques sur Internet de manière flexible au-delà des frontières cantonales. Le procureur de la Confédération Michael Lauber plaide pour un centre de compétence contre la cybercriminalité. Autorités cantonales et fédérales sont unanimes sur ce dossier, a déclaré le haut fonctionnaire sur les ondes de la radio SRF.

Réagir plus rapidement

Michael Lauber a rencontré des représentants des autorités cantonales de poursuite pénale et de la police fédérale (fedpol). Ils ont jugé nécessaire de mettre en place une collaboration étroite entre le ministère public et la police.

Il faut notamment un changement dans la prise de conscience des risques dans la police, dans les ministères publics et dans les tribunaux, afin de pouvoir réagir plus rapidement, a-t-il dit dans l'émission «Samstagsrundschau».

Le Conseil des Etats et la commission de la politique de sécurité du Conseil national sont aussi favorables à un centre fédéral pour la cybersécurité ainsi qu'à une organisation de cyberdéfense rattachée à l'armée. Le projet émane de deux motions, l'une de Joachim Eder (PLR/ZG), l'autre de Josef Dittli (PLR/UR), tous deux conseillers aux Etats.

Compléter Melani ?

La lutte contre la cybercriminalité est une tâche qui implique les scientifiques, la société, l'économie et l'Etat, a déclaré le Zougois lors de la dernière session parlementaire. C'est pourquoi il faut un centre de compétence à l'échelle fédérale. La centrale d'enregistrement et d'analyse pour la sûreté de l'information (Melani) ne suffit pas.

Le Conseil fédéral recommandait le rejet de ces motions. Selon lui, la création d'un centre de compétence est inutile. La centrale Melani fonctionne bien au quotidien et les collaborations avec les hautes écoles sont bonnes, avait répondu le ministre des finances Ueli Maurer. En comparaison internationale, la Suisse peut se targuer d'avoir une cybersécurité de qualité. (ats/nxp)

Créé: 11.11.2017, 14h24

Articles en relation

L'OTAN parée pour la cyberguerre

Bruxelles À l'instar des tanks ou des avions, l'OTAN pourra désormais intégrer à ses opérations les capacités nationales cyber de ses membres. Plus...

Le Conseil fédéral contre une cyber-école de recrues

Suisse Le gouvernement estime que la formation des spécialistes requis n'est pas possible avec les modèles traditionnels de formation de l'armée. Plus...

Guy Parmelin mobilise contre la cyber-guerre

Armée Le chef du département de la Défense veut recruter une centaine de personnes pour lutter contre les attaques venant du web. Mais où va-t-il les trouver? Plus...

«N'importe quel jouet peut devenir une arme»

Pays-Bas Un cyber-prodige de 11 ans a montré à des experts comment ses jouets connectés pouvaient devenir des armes. Plus...

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.