Passer au contenu principal

Dossier CryptoCrypto: economiesuisse essaie de calmer le jeu

Selon la faîtière de l'économie suisse, l'affaire Crypto n'est qu'un «reliquat de la Guerre froide» qu'il ne faut pas surévaluer.

Entretien avec Jan Atteslander, responsable des relations économiques extérieures d’Economiesuisse.

L'affaire d'espionnage par les services américains via une entreprise suisse révélée mardi est un «reliquat de la Guerre froide», d'après économiesuisse. Dans ce contexte, il ne faut pas surévaluer les informations rendues publiques mardi.

Il est encore trop tôt pour pouvoir dire si cette affaire va entacher la réputation de la Suisse, a déclaré à Keystone-ATS Jan Atteslander, membre de la direction de la faîtière de l'économie. «Elle a représenté une grosse histoire hier (mardi), mais l'impact dans les médias internationaux était déjà redescendu mercredi», a-t-il précisé.

M. Atteslander ne veut pas s'avancer sur le genre d'entreprises qui pourrait être touché par l'affaire d'espionnage. C'est un cas unique qui concerne une seule entreprise, note-t-il, estimant dès lors qu'il ne devrait pas avoir d'effets sur d'autres firmes en Suisse.

Quant à savoir s'il faut s'attendre à des conséquences au-delà, cela dépendra de ce que va faire le Conseil fédéral, a encore dit le représentant d'economiesuisse. En réclamant une enquête, il crée les conditions de transparence nécessaires au rétablissement de la confiance internationale.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.