Passer au contenu principal

Secteur bancaireCredit Suisse surveille les e-mails de ses employés

La banque suisse utilise un logiciel américain pour analyser tous les courriels de ses salariés. Cette mesure a pour but de lutter contre la criminalité économique.

Les bureaux de Credit Suisse à Zurich.
Les bureaux de Credit Suisse à Zurich.
Keystone

La surveillance des employés est très étendue dans le secteur bancaire, indique le SonntagsBlick, revenant sur l'affaire d'espionnage par le Credit Suisse d'un de ses ex-cadres passé à l'UBS.

Le numéro deux bancaire suisse utilise un logiciel de la société américaine Palantir pour surveiller ses collaborateurs et enregistrer méticuleusement leur comportement. Palantir scanne tous les e-mails des employés. La banque a précisé au journal que le logiciel ne servait qu'à lutter contre la criminalité économique.

L'employeur peut en effet procéder à la surveillance d'un collaborateur, «qui n'a pas pour but de traquer le comportement des travailleurs, mais qui répond à un objectif précis tel que la sécurité», explique dans Le Matin Dimanche Marianne Favre Moreillon, avocate dans le cabinet juridique Droitactif.

Espionnage interdit

Mais «l'espionnage d'un employé par un détective privé, qui le suivrait partout, noterait toutes ses rencontres ou prendrait des photographies est généralement interdit en Suisse», précise Luca Cirigliano, docteur en droit et secrétaire central de l'Union syndicale suisse.

Le recours à des instruments de surveillance, tels des micros, des traceurs ou des caméras au domicile ou dans la voiture de la personne visée, comme dans le cas de l'affaire Credit Suisse, relève du code pénal, ajoute-t-il. Les cas similaires à celui de Credit Suisse «ne sont pas rares», déclare cependant au journal un avocat, préférant ne pas être cité.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.