Passer au contenu principal

Covid-19: le problème est «loin d'être résolu»

Même si la hausse de cas en Suisse semble se stabiliser, Daniel Koch rappelle que le nombre de décès reste encore très élevé.

Daniel Koch de de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) ce mardi à Berne lors d'une conférence de presse.
Daniel Koch de de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) ce mardi à Berne lors d'une conférence de presse.
Keystone

La courbe des infections au coronavirus ralentit: 590 cas ont été enregistrés de lundi à mardi, contre un millier par jour la semaine passée. Mais le problème est loin d'être résolu, selon Daniel Koch, de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP).

Même si la hausse du nombre de cas déclarés semble se stabiliser, le nombre des décès est encore très élevé, a souligné le délégué de l'OFSP pour le coronavirus mardi, lors d'un point de presse à Berne. Avec 22'242 cas positifs et 641 décès ( 57 en 24 heures), on est «au maximum à la moitié» de la crise, a-t-il dit.

Daniel Koch appelle la population à respecter les recommandations faites par les autorités fédérales pour tenter de maîtriser la crise. La Confédération commence déjà à réfléchir sur les possibilités de lever certaines mesures pour que le retour à la normalité se déroule au mieux.

Pas de «palier»

Interrogé par les journalistes, Daniel Koch souligne toutefois que ce n'est pas quelque chose qui peut être lié à un chiffre clair. Il y a tout un ensemble de critères à apprécier: le nombre de nouvelles infections, mais aussi ceux des hospitalisations et de l'occupation des lits en soins intensifs.

Une discussion doit aussi avoir lieu avec les autorités cantonales, notamment les médecins cantonaux, qui connaissent la situation sur le terrain.

La Suisse a l'une des incidences les plus élevées (259 cas pour 100'000 habitants) en Europe, précise l'OFSP dans son rapport. Mais il y a suffisamment de lits en soins intensifs, 643 places sont libres, selon Daniel Koch.

Devoir d'annonce des tests

L'expert de l'OFSP espère que les tests sérologiques fourniront des informations supplémentaires sur le taux d'infection de la population. Diverses universités et équipes de recherche mènent actuellement des séries d'essais. L'OFSP entend par ailleurs introduire un devoir d'annonce concernant ces tests.

En revanche, essayer de connaître le taux d'immunisation de la population reviendrait à jouer aux devinettes: «On manque de données sur les personnes guéries», a-t-il dit, notamment parce que le nombre de cas non signalés ne peut pas être quantifié. Près de deux tiers des décès (62%) sont enregistrés chez des hommes, 38% chez des femmes. L'âge des personnes décédées va de 32 à 101 ans, avec un âge médian de 83 ans.

Hausse des cas

Depuis le premier cas de Covid-19 confirmé en laboratoire le 24 février, le nombre de cas n'a cessé d'augmenter. A ce jour, 167'429 tests ont été effectués, dont 15% étaient positifs. L'âge des cas confirmés en laboratoire va de 0 à 108 ans, avec un âge médian de 53 ans. Au total, 47% des cas sont des hommes, 53% des femmes. Les adultes sont nettement plus touchés que les enfants. Chez les adultes de 60 ans et plus, les hommes sont plus touchés que les femmes et chez les adultes de moins de 50 ans, ce sont les femmes.

Par rapport à leur taille, les cantons du Tessin, de Genève, de Vaud et de Bâle-Ville restent les plus marqués par l'épidémie. Le taux d'incidence pour 100'000 personnes est de 731 au Tessin, 690,3 à Genève, 547 dans le canton de Vaud et 484,7 à Bâle-Ville.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.