«Je n'ai pas eu le courage de me dénoncer, j'ai été lâche»

ProcèsLe meurtrier présumé d'Ashleigh Jenny, tuée à Morges en 2014, fait face à ses juges ce mardi au Tribunal criminel de Nyon.

Les parents d'Ashleigh, Roland et Sheelag Jenny (à dr.), font face à l'assassin de leur fille, avec leur avocat Me Patrick Mangold.

Les parents d'Ashleigh, Roland et Sheelag Jenny (à dr.), font face à l'assassin de leur fille, avec leur avocat Me Patrick Mangold. Image: Philippe Maeder

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Ambiance pesante ce mardi au Tribunal criminel de Nyon. Le jeune homme accusé du meurtre de sa compagne Ashleigh Jenny, en octobre 2014 à Morges, fait face à ses juges. Le front plissé, le regard baissé, il se triture frénétiquement les mains lors de la lecture de l'acte d'accusation. A quelques mètres du meurtrier présumé de leur fille, les parents d'Ashleigh font face, le visage fermé, mais dignes.

L'audience s'est d'abord concentrée sur les faits, qui se sont déroulés la nuit du 27 octobre 2014 au coeur de Morges. Ce soir-là, une violente dispute entre Ashleigh et son compagnon, un cuisinier d'origine mauricienne, vire au drame: la jeune femme de 25 ans meurt étranglée. L'homme, alors âgé de 31 ans, passe la nuit auprès de sa victime puis prend la fuite au petit matin. Il reprend son activité professionnelle, avant d'être interpellé le 21 novembre 2014. «Je n'ai pas eu le courage de me dénoncer, j'ai été lâche», a admis le prévenu, répondant d'une voix presque inaudible aux questions de la présidente.

Sommé d'expliquer son geste, le jeune homme évoque la jalousie. L'audience se penche alors sur la personnalité du prévenu. Sur ses accès de colère envers ses précédentes compagnes. Sur son addiction à l'alcool. Appelé à la barre, un expert psychiatre a diagnostiqué un trouble de la personnalité marqué par un trait paranoïaque et narcissique, ainsi qu'un trouble lié à l'usage de substances psychotropes. «Du point de vue psychiatrique, ces deux troubles expliquent le passage à l'acte du prévenu», a indiqué le spécialiste.

L'audience se poursuit ce mardi après-midi.

Créé: 07.06.2016, 13h50

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.