Passer au contenu principal

Coronavirus: l'économie tessinoise aux aguets

Près de 68 000 travailleurs résidant dans la région transalpine la plus touchée par le coronavirus franchissent quotidiennement la frontière du Tessin.

Certains secteurs à forte main-d'oeuvre dans le Tessin seraient plus exposés que d'autres si l'épidémie devait s'étendre au nord de l'Italie.
Certains secteurs à forte main-d'oeuvre dans le Tessin seraient plus exposés que d'autres si l'épidémie devait s'étendre au nord de l'Italie.
Keystone

Aux avant-postes de la propagation du coronavirus dans le nord de l'Italie, le Tessin n'a pas - pour l'heure en tout cas - jugé opportun de mettre en place des mesures restrictives, et ce alors que près de 68 000 travailleurs résidant dans la région transalpine la plus touchée franchissent quotidiennement la frontière du canton italophone, soit plus d'un actif sur quatre.

«Nos membres ne nous ont pas signalé de problème particulier et la situation est actuellement sous contrôle», a confié mardi à AWP le directeur de la Chambre de commerce tessinoise (Cc-Ti) Luca Albertoni, qui juge appropriées les dispositions actuelles.

Toutefois, si la situation venait à se dégrader, certains secteurs à forte main-d'œuvre seraient plus exposés que d'autres, à l'image de l'hôtellerie, la restauration, la construction, l'industrie, l'artisanat, les services de santé (hôpitaux et EMS).

«À ce jour, nous avons reçu une douzaine d'appels téléphoniques», a indiqué lundi soir Stefano Modenini, directeur de l'Association des industries tessinoises (Aiti). «Clairement, les entreprises sont dans l'attente d'informations», a-t-il affirmé au micro de la RSI.

Le responsable de la faîtière invite les entreprises à s'en tenir aux informations officielles plutôt qu'à celles véhiculées par les réseaux sociaux. Pour information, l'Aiti a fait parvenir à ses quelque 200 membres une circulaire par voie électronique.

Mesures préventives

Pour minimiser le risque, certaines entreprises ont pris des mesures préventives, par exemple en promouvant le travail à domicile pour certains collaborateurs, en particulier ceux résidant dans les régions à risque. C'est le cas notamment du fabricant d'ascenseurs Schindler ou du spécialiste des instruments de précision Mikron.

«Dans les activités liées à la production, il n'y a pour le moment aucune disposition particulière», a assuré M. Modenini. Le groupe Swatch, qui emploie au Tessin environ 600 personnes sur ses sites de Stabio et de Genestrerio, a opté pour des mesures physiques. «Nous contrôlons la température des employés», a indiqué l'horloger biennois à la RSI, en soulignant n'avoir «pas rencontré de problèmes jusqu'ici».

Lundi après-midi, les autorités tessinoises ont fait part, lors d'un point presse, de leur décision, sur la base du compte rendu d'un groupe de coordination cantonal, «de ne pas imposer la moindre restriction sur les événements publics, écoles, bars et restaurants, contrairement à ce qu'ont décidé certaines régions italiennes».

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.