«Si l’on coordonne les soins, on peut faire des économies»

SantéLe parlement examine une revalorisation des soins infirmiers. Interview du médecin genevois Michel Matter, nouvel élu au Conseil national.

Michel Matter, conseiller national (PVL/GE).

Michel Matter, conseiller national (PVL/GE). Image: LUCIEN FORTUNATI

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Michel Matter, c’est un peu le miraculé des élections fédérales. Néophyte chez les Vert’libéraux, le Genevois doit son mandat de conseiller national à un concours de circonstances exceptionnel. En revanche, dans le domaine de la santé, ce vice-président de la FMH est un vieux baroudeur. Nous lui avons demandé ce qu’il pensait de la revalorisation du métier d’infirmier·ère actuellement traitée par le parlement.

Est-ce une bonne chose de confier plus de responsabilités aux infirmiers pour les soins du patient?
Bien sûr. L’avenir, c’est l’interprofessionnalité. Le fait de travailler ensemble et non plus en silos: médecins, infirmières, psychologues, etc. Il y a actuellement une vraie souffrance des soignants. Beaucoup d’infirmières, au bout de deux ou trois ans, ne savent plus pourquoi elles ont choisi ce métier. Il faut valoriser la formation et le contre-projet à l’initiative le fait énormément.

Que peuvent faire les infirmiers pour décharger les médecins?
Ils peuvent s’occuper de la prise en charge des patients diabétiques ou qui ont des problèmes respiratoires, s’occuper des soins de plaies. Les physiothérapeutes devraient aussi avoir une part de cette prise en charge, tout comme les assistantes médicales dont on parle très peu. Mais une notion est fondamentale: qui dit autonomie dit responsabilité. Les médecins ont appris à faire face à cela. Si je décide, si je facture, alors je suis responsable. Et quand il y a des problèmes juridiques, que le patient ait tort ou raison, il faut assumer.

Est-ce que cette délégation aux infirmières permet de faire des économies sur les coûts de la santé?
Si les soins sont coordonnés, il y aura des économies substantielles. Si je suis infirmier, que je prends en charge un patient avec une maladie chronique (diabète, alcool, tabac), je peux arriver à des économies grâce à la prévention, au dialogue, au suivi du patient. Si chacun travaille en silo, non.

Un rapport de la Confédération dit que le système de santé gaspille au moins 15 milliards chaque année. On fait quoi pour corriger cela?
D’abord, de la prévention. On est nul sur ce plan. Ensuite, la coordination des soins. Les prestataires ont aussi fait des efforts. L’augmentation des coûts est modérée depuis deux ans. Mais le problème numéro un, c’est qu’on pousse toujours plus les gens à payer de leur poche. Je ne comprends pas, par exemple, pourquoi les soins dentaires ne sont pas compris dans l’assurance de base.

Vos premières impressions de bleu au parlement?
Ce qui me frappe, c’est le bruit. Les élus parlent, lisent le journal, pianotent. Dans un colloque de médecins, j’ai plutôt l’habitude de l’écoute et du respect. La première semaine, le président de la Confédération parlait du budget 2020 et les gens entraient et sortaient comme dans un moulin. On m’a expliqué que le travail se fait en commission et que les groupes savent quoi voter.

Vous êtes médecin et votre groupe ne vous a pas donné la Commission de la santé, mais celle des finances. Pour éviter l’accusation de lobbyisme?
À la Commission de la santé, il y a notamment Isabelle Moret (PLR), à la tête de H+, et Pierre-Yves Maillard (PS), l’ancien ministre vaudois de la Santé, dont on connaît bien les positions. Non, je crois que mon groupe souhaitait avoir des gens plus généralistes. Je respecte cette décision.

Créé: 16.12.2019, 22h35

Les soins infirmiers en débat

Le Conseil national a entrepris lundi le débat sur l'initiative populaire sur les soins infirmiers et son contre-projet indirect. Tous les parlementaires l'ont reconnu: la situation est problématique et le vieillissement de la population va accroître les besoins en soins.

Lancée par l'Association suisse des infirmières et infirmiers, l'initiative populaire «Pour des soins infirmiers forts» demande aux Cantons et à la Confédération d'investir davantage dans la formation, une amélioration des conditions de travail et un renforcement des compétences du personnel soignant.

Selon le contre-projet, les Cantons devraient prescrire aux hôpitaux, aux établissements médicosociaux (EMS) et aux organismes de soins à domicile le nombre de places de formation aux soins infirmiers. En échange, Confédération et Cantons participeraient aux coûts non couverts des formations proposées par les fournisseurs de prestations et amélioreraient les salaires versés aux étudiants.

Le PS et les Verts ont appelé à soutenir l'initiative. La majorité du PLR, le groupe du centre et les Vert'libéraux devraient quant à eux apporter leurs voix au contre-projet dans ses grandes lignes et rejeter l'initiative. En revanche, l'UDC ne veut ni de l'initiative ni du contre-projet. ATS

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Menacé par des explosifs, le village de Mitholz sera évacué dix ans
Plus...