Les convoyeurs accusent Berne de les mettre en péril

SécuritéLe Conseil fédéral ne veut pas que les transports de fonds puissent rouler de nuit dans des véhicules lourds. La branche s’insurge.

Déterminés et bien renseignés, les braqueurs savent qu’opérer de nuit est plus facile en Suisse du fait de la législation, comme au Mont-sur-Lausanne en juin dernier.

Déterminés et bien renseignés, les braqueurs savent qu’opérer de nuit est plus facile en Suisse du fait de la législation, comme au Mont-sur-Lausanne en juin dernier. Image: Patrick Martin

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Pour les convoyeurs de fonds du pays, le coup est rude. Il y a quelques jours, le Conseil fédéral a décidé de rejeter une motion qui contient le vœu le plus cher de toute la profession: avoir le droit de circuler de nuit dans des véhicules lourds, autrement dit blindés, pour sa sécurité.

Pour mémoire, dans le cadre de la loi actuelle, l’ordonnance sur les règles de la circulation routière (OCR) interdit aux billets de banque et aux pierres précieuses de circuler de nuit et le dimanche dans des véhicules de plus de 3,5 tonnes. Conséquence: dans des fourgonnettes plutôt que dans les camions blindés dont ils rêvent, les convoyeurs constituent une cible de choix pour les braqueurs, parfaitement au courant des failles de la législation. La longue liste des braquages, dont le dernier, au Mont-sur-Lausanne, spectaculaire, a moins de deux mois, suffit à s’en convaincre.

La police soutient la motion

Depuis des années, l’Association des entreprises suisses de services de sécurité (AESS) milite auprès de la Confédération pour faire changer la loi. En substance, les convoyeurs veulent la même dérogation que celle accordée aux fleurs coupées et autres denrées périssables, qui ne sont pas soumises à l’interdiction. La police cantonale vaudoise soutient également cette croisade, de même que plusieurs politiciens, dont le conseiller national PLR Olivier Feller. En mai dernier, l’élu vaudois déposait une motion à Berne en ce sens.

Le Conseil fédéral vient d’y répondre, c’est non! Principal argument des sept Sages: la protection de la population contre le bruit. «Il existe sur le marché des fourgons blindés pour le transport de fonds dont le poids total est inférieur à 3,5 tonnes. Aujourd’hui déjà, ces véhicules ne sont pas soumis à l’interdiction de rouler le dimanche et de nuit. Par conséquent, la sécurité réclamée par l’auteur de la motion pour les convoyeurs est déjà assurée par le droit en vigueur. Il n’est donc pas nécessaire de prévoir une nouvelle dérogation à l’interdiction de circuler le dimanche et de nuit, d’autant qu’elle irait à l’encontre de l’objectif de protection de la population contre les effets nocifs du bruit», indique le Conseil fédéral.

Luc Sergy, directeur de l’AESS, s’étrangle. «C’est désolant. On a affaire à des gens qui ne comprennent pas l’importance systémique des transports de fonds la nuit. La Suisse est l’un des pays où le cash circule le plus. Il faut donc bien alimenter les bancomats et les fonds de caisse des grandes surfaces, ce qui se fait la nuit. On voit pertinemment que les fourgonnettes n’offrent pas un blindage suffisant. Et se retrouver vulnérable face à une kalachnikov, ce n’est jamais très agréable. Si les braquages continuent, ce qui ne manquera pas, les assurances ne voudront plus assurer les transports de nuit. Et puis un camion qui transporte des fleurs coupées ne fait pas moins de bruit», soupire le responsable.

Le National votera

Soucieux de bien expliquer au politique qu’un véhicule hautement blindé est l’unique moyen de compliquer la tâche des braqueurs, Luc Sergy annonce qu’il reprendra son bâton de pèlerin. Car malgré le refus du Conseil fédéral, le projet n’est pas encore enterré. «Il sera soumis au Conseil national l’an prochain, qui pourrait bien l’adopter vu l’enjeu», confirme Olivier Feller, très étonné par la réponse de l’État. «La protection contre le bruit est importante, mais il s’agit de faire une pesée d’intérêts. Les transports de nuit doivent être sûrs. En véhicules lourds, gêneraient-ils donc à ce point la population?»


Un fourgon blindé braqué au Mont-sur-Lausanne en juin 2019

Le hold-up a eu lieu dans la nuit de mercredi à jeudi au Mont-sur-Lausanne. Six véhicules calcinés. Il y a un an, un braquage du même genre avait eu lieu au même endroit.

Créé: 19.08.2019, 17h07

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Dons d'organes: le Conseil Fédéral veut le consentement des proches
Plus...