Le Conseiller fédéral Kaspar Villiger savait-il tout?

CryptoleaksSelon des documents de la CIA, Kaspar Villiger aurait su que les services secrets américains contrôlaient Crypto AG. L’intéressé dément.

L'ancien conseiller fédéral Villiger est aujourd'hui le premier des hauts responsables de la Confédération à être nommé par les médias ayant participé à l’enquête.

L'ancien conseiller fédéral Villiger est aujourd'hui le premier des hauts responsables de la Confédération à être nommé par les médias ayant participé à l’enquête. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L’affaire d’espionnage planétaire entourant CryptoAG touche désormais de plein fouet le gouvernement suisse. L’ancien conseiller fédéral PLR Kaspar Villiger aurait su que l’entreprise de Zoug était contrôlée par des services secrets étrangers – et qu’elle vendait des technologies de chiffrement manipulées à de nombreux États sur tous les continents. Le Lucernois aurait préféré fermer les yeux et garder le silence.

C’est l’accusation formulée par l’émission «Rundschau» de la télévision alémanique, en prélude à un documentaire qu’elle a diffusé ce mercredi. Ce jeudi, «Temps présent» en transmet la version française. Les journalistes s’appuient notamment sur des documents des services secrets américains et allemands. Ceux-ci sont en la possession de la SRF, de la ZDF et du «Washington Post» depuis des mois.

Dans son article publié le 11février, le «Washington Post» écrit que les représentants des autorités suisses étaient au courant de l’opération: «Les documents montrent que, depuis des décennies, des représentants des autorités suisses étaient au fait des relations entre CryptoAG et les services secrets américains et allemands.»

Mais le «Washington Post» n’a pas mentionné de noms dans son enquête. L’ancien conseiller fédéral Villiger est aujourd’hui le premier des hauts responsables de la Confédération à être nommé par les médias ayant participé à l’enquête.

Kaspar Villiger a siégé au Conseil fédéral de 1989 à 2003. Jusqu’en 1995, il a dirigé le Département militaire fédéral (DMF), appelé DDPS aujourd’hui. À ce titre, il aurait su, au moins depuis 1994, que CryptoAG appartenait entre autres à la CIA, affirme la TV alémanique. Malgré les réserves morales, le conseiller fédéral aurait balayé l’affaire sous le tapis: «Villiger savait qui était propriétaire de la société», peut-on lire dans le document de la CIA. Mais le Lucernois a gardé le silence.

Kaspar Villiger, aujourd’hui âgé de 79ans, nie avec force cette présentation des faits. «Je n’étais pas au courant de cette opération de renseignement», répond-il suite à notre demande. «Je n’aurais jamais couvert des activités au profit de pays tiers qui pourraient nuire à la réputation de neutralité et de fiabilité de la Suisse, et j’aurais certainement thématisé cette question au sein du Conseil fédéral.»

Selon ses dires, tout ce qu’il sait sur cette affaire serait basé sur les informations qu’il a obtenues de la «Rundschau» lors de divers entretiens. «Je dois donc supposer que je n’ai pas été suffisamment informé pendant mon mandat», écrit M.Villiger. Cette déclaration suggère qu’il n’exclut pas la possibilité que des organismes subordonnés – en particulier les services de renseignements au Département militaire – aient été au parfum.

Kaspar Villiger affirme n’avoir «jamais eu de rôle actif» dans cette affaire. «Ne pas informer mes collègues du gouvernement aurait été contraire à mes convictions politiques», ajoute-t-il. Peu en importent les raisons, les notes de la CIA, selon lui, ne refléteraient pas la réalité.

Créé: 12.02.2020, 20h12

Articles en relation

La CIA a mené une opération d'espionnage planétaire via la Suisse

CryptoLeaks Une société basée à Zoug a vendu des dispositifs de cryptage à un État sur deux, avec une porte cachée pour les services secrets américains. Le Conseil fédéral a ouvert une enquête. Plus...

L’affaire d'espionnage suscite la nervosité au sein du Conseil fédéral

CryptoLeaks Le potentiel politique explosif de l'affaire Crypto est considérable. Le Conseil fédéral joue la carte de la transparence: un ex-juge fédéral doit, lui, éclaircir les faits. Plus...

Espionnage: les partis veulent comprendre

Suisse Tant la section suisse d'Amnesty International que les sections nationales des partis politiques suisses demandent des clarifications sur les révélations des Cryptoleaks. Plus...

Cryptoleaks: partout où les Américains ont écouté

Espionnage Iran, Argentine, Egypte: grâce aux équipements d'une société suisse, la CIA et le BND ont intercepté des messages de nombreux États. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Mort de Moubarak
Plus...