Passer au contenu principal

Libre-échange agricoleLe Conseil des Etats veut interrompre les négociations

La Suisse doit suspendre les négociations avec l'Union européenne en vue d'un accord de libre-échange agricole. Il vaut mieux éviter un refus devant le Parlement ou le peuple.

Paysans suisses
Paysans suisses
Keystone

Par 26 voix contre 16, le Conseil des Etats a transmis mercredi au gouvernement une motion du National en ce sens. Il a refusé néanmoins une rupture pure et simple des pourparlers.

La motion adoptée, de Christophe Darbellay (PDC/VS), demande au Conseil fédéral de suspendre «immédiatement» les négociations sur un accord de libre-échange dans le secteur agroalimentaire. La poursuite ne devra être envisagée que lorsqu'on sera parvenu à une conclusion du Cycle de Doha de l'Organisation mondiale du commerce (OMC).

Les inquiétudes sur le sort des paysans ont prévalu sur les autres arguments. Il vaut mieux interrompre les pourparlers, «qui patinent dans le yogurt» depuis trois ans, plutôt que de risquer l'échec de l'accord devant le Parlement ou le peuple, a dit Luc Recordon (Verts/VD). Un refus représenterait une «catastrophe qui pourrait détériorer nos relations avec l'UE».

Ce texte interfère dans le domaine de compétence du Conseil fédéral, a fait valoir en vain Pankraz Freitag (PLR/GL) au nom de la commission. Son acceptation enverrait un signal très négatif à l'UE au moment où la Suisse lui propose de négocier de manière coordonnée sur l'ensemble des dossiers.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.