Passer au contenu principal

La Confédération a déjà reçu des offres pour ses Tiger F-5

Berne a déjà reçu des propositions d'achat pour une partie (18 sur 36) de ses avions de combat, notamment de la Marine américaine.

Les premiers 18 appareils pourraient être vendus encore en 2014.
Les premiers 18 appareils pourraient être vendus encore en 2014.
Keystone

Si le peuple se prononce le 18 mai pour l'achat des 22 Gripen suédois, les anciens avions de combat devront faire place.

La Confédération a déjà reçu des offres pour le tiers de ses Tiger F-5, assure Christian Catrina, responsable au Département fédéral de la défense (DDPS), interrogé par la Nordwestschweiz.

Marine américaine intéressée

«Les premiers 18 appareils pourraient être vendus encore en 2014», précise le chef de la section Politique de sécurité du DDPS dans une interview parue samedi dans les colonnes du quotidien alémanique. Les 36 autres devraient être mis hors service d'ici au plus tard mi-2016, ajoute-t-il.

Au premier plan des acheteurs potentiels, la Marine américaine. «Une partie des Tiger pourrait aussi être revendue à des sociétés privées américaines, qui souhaitent utiliser les avions de combat à des fins de formation», explique Christian Catrina. La Confédération peut tirer environ un demi-million de francs par appareil.

D'après le chef de la section Politique de sécurité, «il est improbable de ne trouver aucun acheteur». Dans ce cas toutefois, les avions seraient détruits en Suisse.

Répartition importante

Si la Suisse acquiert vraiment le Gripen, le fabricant suédois Saab s'est engagé à conclure des contrats avec des firmes suisses pour plus de 2,5 milliards de francs. Le contrat d'achat des 22 Gripen se monte à 3,1 milliards de francs.

Christian Catrina s'est aussi exprimé sur la clé de répartition régionale de ces affaires compensatoires. Saab avait promis que 30% des 2,5 milliards toucheraient l'industrie romande. «Il est sacro-saint» que des firmes de toutes les régions du pays soumettent des offres concurrentielles.

«Pour mieux imposer là où des investissements devraient affluer, nous réfléchissons actuellement à considérer différemment certaines affaires», souligne en outre le responsable du DDPS.

«Disons que l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich reçoit un mandat pour 20 millions de francs: au lieu de l'estimer à 20 millions, nous pourrions le coter à 30 ou à 40, s'il s'agit d'un mandat qui rapporte beaucoup», explique-t-il. «En retour, le total des affaires compensatoires baisserait.»

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.