Condamnés pour un «plan diabolique»

ZurichJeudi, la justice zurichoise a condamné deux hommes à 16 et 20 ans de prison pour avoir fomenté un assassinat «au hasard».

Un Suisse s'était jeté sur un inconnu pour le poignarder en juin 2016, à Zurich.

Un Suisse s'était jeté sur un inconnu pour le poignarder en juin 2016, à Zurich. Image: Photo d'illustration/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un Suisse de 27 ans et un Lituanien de 40 ans ont été condamnés jeudi à respectivement 20 ans et 16 ans et demi de prison pour avoir tué un homme choisi «au hasard» en 2016 à Zurich. Le tribunal de district de Zurich n'a pas prononcé d'internement.

Les deux prévenus ont été condamnés pour assassinat et instigation à assassinat. Ils ont également écopé d'une amende de 180 jours-amende à 10 francs pour le Suisse et de 270 jours-amende à 10 francs pour le Lituanien. Aucune exclusion du territoire n'a en revanche été prononcé à l'encontre de ce dernier. Le jugement n'est pas encore entré en force. Procureur et avocats de la défense entendent examiner en détail l'exposé écrit des motifs avant de décider ou non de faire appel.

Les deux hommes se trouvaient en prison en même temps. Le Suisse purgeait une peine pour séquestration, tentatives de contrainte et de brigandage, notamment. Le Lituanien, un maître-chanteur, avait menacé une famille d'industriels et la ville de Zurich dans le but d'obtenir 150 millions de francs.

«Plan diabolique»

Dans leur cellule, les deux hommes ont mis au point un «plan diabolique», selon le procureur. L'objectif des accusés était de recouvrer la liberté au plus vite. Le Suisse a profité de sa première permission pour disparaître dans la nature.

Il a envoyé une lettre aux autorités dans laquelle il exigeait la libération du Lituanien, faute de quoi il tuerait des personnes choisies au hasard. Son exigence n'ayant pas été satisfaite, il est passé à l'acte à l'échéance de l'ultimatum fixé.

Le 30 juin 2016, le Suisse s'est jeté sur un inconnu assis sur un muret dans une ruelle du quartier huppé de Seefeld, à Zurich. Il a poignardé sa victime de 41 ans avec acharnement avant de prendre la fuite. C'était «un massacre», a déclaré le procureur lors des audiences.

Achat d'armes sur le Darknet

Recherché par la police, le Suisse n'a été repéré qu'en janvier 2017 alors qu'il tentait d'acquérir des armes et des munitions en ligne sur le Darknet, la partie de l'internet non référencée par les moteurs de recherche. Se faisant passer pour un vendeur potentiel, la police a pu arrêter l'homme lors du rendez-vous fixé pour la transaction.

Au tribunal, le Suisse a avoué les faits sans montrer de véritables regrets. Le Lituanien, en revanche, a refusé de répondre aux questions des juges. Pour le procureur, le Lituanien est la tête pensante et l'incitateur de ce crime. C'est un «menteur pathologique» avec une «personnalité manipulatrice à un niveau psychopathologique», estime l'accusation sur la base d'une expertise.

Perpétuité et internement requis

Le Ministère public a requis la réclusion à perpétuité et l'internement pour les deux prévenus. Il a aussi demandé l'expulsion du territoire suisse du Lituanien pour une durée de 15 ans, le maximum prévu par la loi.

L'avocat du Suisse a plaidé pour une peine de prison de 12 ans pour meurtre, sans internement. Il a souligné que son client a été manipulé et qu'il a commis son acte par peur de représailles s'il ne s'exécutait pas. Quant aux armes qu'il voulait acheter, elles devaient servir à se protéger et non à tuer d'autres innocents.

L'avocat du Lituanien a rejeté toute culpabilité de son client dans cette affaire. Il juge «fantaisiste» l'histoire racontée par le Suisse et le procureur. Il a même accusé l'auteur des coups de couteau d'être à l'origine de la lettre de menaces envoyée aux autorités et d'avoir manipulé son client. Il n'a jamais été question de plans de meurtre. La défense a plaidé l'acquittement. (ats/nxp)

Créé: 30.01.2020, 18h19

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les PV diminuent depuis que les policiers doivent y écrire leur nom
Plus...