Passer au contenu principal

Les comptes des partis politiques n’intéressent pas le grand public

Fribourg et Schwytz vont introduire la transparence financière, comme Genève et Neuchâtel avant eux. Le bilan s’avère maigre.

À Genève, chaque année, moins de dix personnes consultent le registre des donateurs de tel ou tel parti. «Les demandes proviennent à 50% de journalistes et à 50% de partis politiques», précise la Chancellerie d’État. Ce qui fait dire au conseiller national Christian Lüscher (PLR/GE) que «les citoyens se moquent totalement de savoir qui finance quel parti».

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.