Christoph Eymann succède à Isabelle Chassot

CDIPLe conseiller d'Etat de Bâle-Ville Christoph Eymann (PLR), 62 ans, est le nouveau président de la Conférence des directeurs cantonaux de l'instruction publique (CDIP).

Christoph Eymann, le 24 octobre 2013.

Christoph Eymann, le 24 octobre 2013. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le conseiller d'Etat de Bâle-Ville Christoph Eymann succède pour quatre ans à la Fribourgeoise Isabelle Chassot, nommée à la tête de l'Office fédéral de la culture. Unique candidat proposé par le comité, Christoph Eymann a été élu sans accroc lors de l'Assemblée annuelle de la CDIP jeudi à Braunwald (GL). Son entrée en fonction est prévue le 1er novembre, a indiqué la conférence dans un communiqué. Mme Chassot a été présidente de la CDIP pendant environ sept ans et demi, du 1er juillet 2006 au 31 octobre 2013.

Couronnement de carrière

Engagement, arguments et charme: à Bâle, le conseiller d'Etat Christoph Eymann est considéré comme une personne intègre. La présidence de la CDIP sera le couronnement de sa longue carrière politique. Ensuite, il se retirera.

Depuis son élection au gouvernement de Bâle-Ville en 2001, M. Eymann a dirigé le département de l'instruction publique. Il a toujours été réélu avec facilité malgré les campagnes politiques et des accusations anonymes portées contre lui. Il est également président de la Conférence universitaire suisse (CUS) depuis janvier 2012 et jusqu'à fin 2013.

Le conseiller d'Etat est membre du Parti libéral. A Bâle-Ville, les libéraux n'ont pas fusionné avec les radicaux comme c'est le cas au niveau national.

Docteur en droit, Christoph Eymann a été élu au parlement de Bâle-Ville en 1984. En 1991, il a été élu au Conseil national, siège qu'il a quitté en 2001 après son élection au gouvernement de Bâle-Ville. A l'armée, il a obtenu le grade de capitaine.

Christoph Eymann, marié deux fois, est père de trois enfants. Il dévoile peu de sa vie privée. Il s'évade de la vie politique en jardinant.

«Dans le consensus»

Bien que la durée maximale à la présidence de la CDIP soit de huit ans, le conseiller d'Etat a déjà fait savoir qu'il ne briguerait pas un second mandat. Il ne se représentera pas non plus lors des prochaines élections pour le gouvernement de Bâle-Ville.

Interrogée, la ministre jurassienne de l'éducation Elisabeth Baume-Schneider a indiqué que cette élection s'était faite à l'unanimité et «dans le consensus». Qu'un Alémanique succède à une Romande est voulu par un système de tournus, mais «avec M. Eymann, cela ne va rien changer à la volonté de dialogue», a-t-elle affirmé.

«Il ne vient pas d'une culture qui ne s'engage pas pour le lien confédéral, on est en confiance», a encore commenté la ministre, qui a côtoyé le nouvel élu à l'occasion de collaborations ponctuelles entre cantons voisins. (ats/nxp)

Créé: 24.10.2013, 18h50

Articles en relation

Des procédures inquiètent les enseignants romands

Communiqué Le Syndicat des enseignants romands (SER) rappelle lundi que la très grande majorité du personnel de l'éducation en Suisse romande est qualifiée, professionnelle et responsable. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Suisse: il fera beaucoup plus chaud et sec en 2050
Plus...