Passer au contenu principal

SuisseLes CFF doivent remplacer le système anti-pincement

Il s'agit d'installer un système fiable afin que les passagers ne se fassent plus pincer les mains dans les portes de certains trains.

A Berne, un client s'était fait pincer la main début mars dans la porte d'un train et avait dû courir sur près de 45 mètres avant de pouvoir retirer ses doigts.
A Berne, un client s'était fait pincer la main début mars dans la porte d'un train et avait dû courir sur près de 45 mètres avant de pouvoir retirer ses doigts.
Keystone

Les CFF doivent prendre de nouvelles mesures pour que les passagers ne puissent plus se pincer les mains dans les portes de certains types de voiture. Cette recommandation émane du Service suisse d'enquête des accidents de sécurité (SESE).

C'est ce qui ressort du rapport intermédiaire du SESE publié mercredi. Il y a quinze jours, on apprenait qu'un client s'était fait pincer la main début mars dans la porte d'un train en partance à la gare de Berne. Il avait dû courir sur près de 45 mètres sur le perron avant de pouvoir retirer ses doigts. L'homme s'en était tiré avec des contusions.

Selon le SESE, le remplacement du système de portes, qui est déjà en cours, ne devrait pas se limiter aux voitures unifiées IV. Les voitures des Eurocity et des Intercity devraient également être équipées d'un système plus fiable. En outre, les joints de caoutchouc qui ont récemment été installés devraient à nouveau être remplacés pour 150 portes. Ils sont trop durs pour une main coincée.

Remplacements déjà en cours

Les CFF vont suivre ces recommandations, ont-ils indiqué mercredi. Le remplacement des joints est déjà en cours. Et le remplacement du système de portes sur les Eurocity et Intercity est aussi à l'étude. Pour les voitures unifiées IV, les adaptations seront terminées d'ici 2023.

Ce problème de portes défectueuses occupe les CFF depuis des mois. Début août 2019, un contrôleur des CFF avait perdu la vie à Baden (AG) en raison d'un système anti-pincement défectueux sur une porte. L'homme était resté coincé dans la porte d'un train au moment du départ. Il avait été entraîné et avait succombé à ses blessures.

Les CFF ont depuis rempli les conditions posées par la Confédération suite à cet événement et continuent d'élaborer d'autres mesures. Le nouveau rapport du SESE porte lui uniquement sur l'incident survenu le 1er mars en gare de Berne.

Voitures anciennes

L'homme s'est coincé la main à 01h09 en voulant monter dans l'Intercity après le coup de sifflet du contrôleur. Mais la porte ne s'est plus ouverte. Le voyant de contrôle des portes indiquait au conducteur du train que toutes les portes d'entrée étaient fermées.

Pour le SESE, la protection anti-pincement de cette porte n'a pas fonctionné correctement. Ce type d'incident pour une main ou un petit objet est ainsi toujours possible sur les voitures de conception plus ancienne. C'est pourquoi il faut changer le système.

Les CFF cherchent une solution appropriée. Mais ils rappellent aux voyageurs qu'ils ne doivent en aucun cas tenter de retenir une porte en train de se fermer après le coup de sifflet du contrôleur.

Des centaines de portes

Des améliorations ont déjà été apportées en ce qui concerne les joints en caoutchouc. Suite à l'accident de Baden, les joints de 150 portes de voitures pour les Intercity et les Eurocity ont été changés. Les 150 portes recevront un nouveau joint plus souple.

Mais les recommandations du SESE concernent des centaines de portes de voitures: 493 voitures unifiées IV, 232 Eurocity EC et 90 voitures de conduite IC-Bt4, selon un porte-parole des CFF.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.