Les centrales à gaz se cherchent une bonne conduite

Sortie du nucléaireForte dépendance de l'étranger, infrastructures inadaptées, blocages politiques: les obstacles à surmonter par Doris Leuthard pour imposer des centrales à gaz en échange du nucléaire sont à la hauteur des enjeux.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

A peine annoncée et pas encore soumise au Conseil fédéral, la proposition de Doris Leuthard de construire cinq à sept centrales à gaz en Suisse suscite de vives réactions politiques. Le blocage vient aussi des milieux concernées, qui posent des conditions, et de l'insuffisance des infrastructures actuelles, qui ne pourraient alimenter que trois centrales de ce type.

Même le PDC de Doris Leuthard a déjà donné de la voix. Pour son président Christophe Darbellay, la priorité se situe ailleurs, au niveau de l'efficacité énergétique et des énergies renouvelables. «C'est là qu'il faut donner des gaz», déclare-t-il auTages-Anzeiger , tout en admettant que les centrales à gaz peuvent être une option intermédiaire pour garantir l'approvisionnement énergétique.

Le président désigné du PDB Martin Landolt est encore plus clair. Il parle de renvoyer à l'expéditeur une copie énergétique qui donne trop de place aux centrales à gaz. A gauche, on ne souhaite pas davantage parler de la construction de grosses centrales.

Perte d'autonomie

La question de l'autonomie énergétique a vite ressurgi, même si de nouveaux pipelines de gaz liquide limitent désormais, dans le domaine, la dépendance face à la Russie. Le souvenir de l'hiver 2008/2009 hante encore les esprits: toute l'Europe avait craint de prendre froid avec la décision russe de couper le gaz à l'Ukraine, accusée de ne pas payer ses factures. De coup, l'Europe avait vu disparaître l'un de ses principaux canaux d'approvisionnement.

Pour parer le coup, des pays comme la France et l'Allemagne ont aussi aménagé depuis des cavernes souterraines, notamment dans d'anciennes mines de sel, dans lesquelles sont stockées d'énormes réserves de gaz. L'Allemagne compte à elle seule une vingtaine des réserves souterraines.

Rien en Suisse

La Suisse n'a rien d'équivalent à ce jour, si ce n'est une étude de faisabilité du côté d'Innertkirchen, dans le canton de Berne. Interrogé par tages-anzeiger.ch, l'Association Suisse de l'industrie gazière relève que de tels stocks jouent aussi un rôle de régulation économique en permettant de stocker du gaz lorsque son prix est avantageux.

Autre problème d’infrastructure, la capacité d’acheminement du gaz en Suisse ne suffirait actuellement à alimenter que trois centrales combinées telles qu'envisagées par le Département fédéral de l'environnement, des transports, de l'énergie et de la communication (DETEC). «Le réseau devrait être développé», confirme Heinrich Schwendener, directeur de Swissgas, interrogé par le Blick.

Sous condition

On aurait pu penser que les producteurs suisses d'électricité seraient ravis par la proposition de la ministre de l'énergie, eux qui, via Alpiq notamment, vont à l'étranger pour faire construire ou acquérir des parts de telles centrales. Tel n'est pas tout à fait le cas.

Les grands du secteur énergétique jugent que le coût de production du kilowatt/heure à partir de centrales à gaz est trop élevé en Suisse. En cause: les obligations fixées par la nouvelle loi sur le CO2 en matière de compensation des émissions polluantes.

La loi suisse impose en effet que les émissions de CO2 soient compensées en intégralité et, surtout, pour moitié en Suisse. Or, le coût d'une telle compensation est actuellement estimé, pour la Suisse, à 25 francs par tonne de Co2. Ce, alors qu'à l'étranger, il est possible d'acheter des certificats à 7 euros la tonne, soit la moitié moins cher.

Courant plus cher

La Constitution impose certes aux producteurs d'assurer un approvisionnement pérenne et autonome sur sol suisse. Tel est le cas actuellement avec l'énergie hydraulique et le nucléaire, qui en outre ne produisent aucun rejet de CO2.

Une centrale à gaz moderne, de la classe 40 mégawatts, rejette par année 800'00 tonnes de CO2 dans l'atmosphère. Si chaque tonne doit être compensée pour moitié à un prix de 25 francs, le prix du courant risque fort d'augmenter, avertissent de concert les producteurs d'électricité.

Créé: 17.04.2012, 14h15

Articles en relation

Doris Leuthard veut 5 à 7 centrales à gaz

Sortie du nucléaire Le remplacement des centrales nucléaires du pays se fera partiellement au profit de centrales à gaz, selon la volonté de Doris Leuthard. La conseillère fédérale propose de construire entre 5 et 7 centrale à cycles combinés. Plus...

Quatre réacteurs de Fukushima seront démantelés

Japon Quatre des six réacteurs de la centrale nucléaire accidentée n’auront plus d’existence administrative à partir du 20 avril, a annoncé lundi la compagnie exploitante Tokyo Electric Power (Tepco). Plus...

Deux images dévoilent l'étendue des dégâts à Fukushima

Centrale accidentée Deux images du réacteur 3 montrent à nouveau dimanche l'ampleur des dégâts sur la centrale nucléaire de Fukushima. Plus...

Le CO2, vrai coupable de la fin du dernier Age de glace

Etude Des scientifiques ont reconstruit un modèle du climat du dernier Age de glace. Après analyse, le gaz à effet de serre serait le vrai responsable du réchauffement. Plus...

Le réacteur 2 de la centrale de Beznau remis en route

Canton d'Argovie Après un arrêt de trois semaines dû à un défaut d'étanchéité d'une des deux pompes principales, le réacteur 2 de la centrale nucléaire de Beznau (AG) va redémarrer. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le Conseil fédéral contre l'interdiction totale de la pub pour le tabac
Plus...