Le CCIS est riche, mais pas son président

SuisseTant le président Nicolas Blancho que son porte-parole Qaasim Illi ont des problèmes financiers. Ils ne parviennent pas à payer leurs primes maladies.

Nicolas Blancho (à gauche) et Qaasim Illi ne gagnent pas suffisamment pour être soumis à l'imposition.

Nicolas Blancho (à gauche) et Qaasim Illi ne gagnent pas suffisamment pour être soumis à l'imposition. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les principales personnalités du Conseil Central Islamique Suisse (CCIS) sont en délicatesse tant avec le fisc qu'avec leur assurance maladie.

Son président Nicolas Blancho doit ainsi régler des frais de rappel de 7532,70 francs adressés par la caisse maladie Sanitas pour ses primes impayées, auxquels s'ajoutent différents coûts administratifs pour un total de 1272,55 francs, raconte le Blick dans son édition du 26 septembre.

«Sur le plan privé, nous ne vivons pas sur un grand pied. Nicolas Blancho et moi-même ne pouvons pas payer nos primes d'assurance-maladie. Nous ne versons pas non plus d'impôts en raison de la faiblesse de nos revenus», a déclaré son porte-parole Qaasim Illi.

Selon le service de renseignements économiques Teledata, Nicolas Blancho a même à son passif des procédures de faillite et des demandes de recouvrement de créances. Nicolas Blancho ne paie ainsi plus ses primes maladies depuis le 1er octobre 2015.

Un petit voyage au Bangladesh

Les revenus des personnalités du CCIS sont plutôt minces, comme le précise le porte-parole. Il travaille lui-même à 20% comme informaticien tandis que Nicolas Blancho essaie de subvenir à ses besoins en tant que traducteur, a précisé Qaasim Illi, qui ajoute que le CCIS n'a pas ces problèmes financiers et paie régulièrement ses impôts.

En effet, six membres se sont rendus récemment au Bangladesh pour se présenter comme des défenseurs de la cause des Rohingyas. Ce petit voyage a coûté la bagatelle de 54'000 francs, qui ont été financés par des dons.

Le CCIS pourrait bien avoir besoin de toutes ses ressources dans un proche avenir. Le Ministère public de la Confédération (MPC) a déposé un acte d’accusation auprès du Tribunal pénal fédéral (TPF) contre trois membres de l'association. Il leur reproche d’avoir offert à un dirigeant de l'organisation terroriste Al-Qaïda une plate-forme de premier plan à l'aide de vidéos de propagande.

Nicolas Blancho n'a pas voulu commenter sa situation financière personnelle et la caisse maladie Sanitas n'a pas souhaité non plus s'exprimer. (nxp)

Créé: 26.09.2017, 09h02

Articles en relation

Membres du Conseil islamique suisse inculpés

Suisse Le Ministère public de la Confédération a déposé un acte d’accusation auprès du Tribunal pénal fédéral. Plus...

Le Conseil islamique suisse muselé à Istanbul

Turquie Le CCIS a vu sa conférence perturbée par la police, qui est allée jusqu'à couper l'électricité dans la salle prévue à cet effet. Plus...

Le porte-parole du CCIS a fini en prison au Liban

Suisse Le DFAE a dû voler en 2009 au secours de Qaasim Illi, qui était suspecté d'être un agent d'Al-Qaida. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Elections en Europe: les Verts progressent partout
Plus...