Cas «irrégulier» d'aide au suicide au tribunal

Bâle-CampagneUne doctoresse doit répondre de ses actes devant la justice bâloise, depuis mercredi, pour avoir aidé une femme à mourir.

L'acte d'accusation précise que la prévenue a agi par «idéalisme personnel».

L'acte d'accusation précise que la prévenue a agi par «idéalisme personnel». Image: Photo d'illustration/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Une médecin âgée de 61 ans accusée de meurtre comparaît depuis mercredi devant la justice de Bâle-Campagne. Elle aurait aidé une sexagénaire dépressive et incapable de discernement à se suicider. La défense met en doute la fiabilité de l'expertise psychiatrique.

Pour le Ministère public, l'accompagnement vers la mort de la femme de 67 ans en juin 2016 s'est déroulé de façon irrégulière. La sexagénaire vivait dans un home médicalisé à Bâle-Campagne. Elle s'est tournée vers l'organisation d'aide au suicide Eternal Spirit après le refus de l'association alémanique Exit de l'aider à se suicider.

Les 35 ans d'expérience de la médecin lui permettent certes d'évaluer la capacité de discernement. Elle ne dispose néanmoins pas de la formation nécessaire en psychiatrie, a relevé le président du tribunal.

Pour mieux cerner l'accusée, ce dernier a également évoqué les 400 accompagnements vers la mort qu'elle a réalisés en 13 ans d'activités chez Eternal Spirit, ainsi que les 600 expertises favorables au suicide assisté effectuées auparavant en tant que consultante pour Dignitas. «Je n'ai rien fait d'illégal», a pour sa part affirmé la médecin devant les juges.

Syndrome de Briquet

Selon l'acte d'accusation, la femme souffrait de graves troubles dépressifs et du trouble de somatisation appelé aussi syndrome de Briquet. Ces maladies ne sont pas mortelles et la sexagénaire n'était pas capable de discernement, estime l'autorité d'enquête.

Le Ministère public se base sur une expertise psychiatrique du directeur de la clinique forensique des établissements psychiatriques universitaires de Bâle. Le professeur s'appuie sur des entretiens avec la patiente et sur la documentation liée aux séjours et traitements, souvent interrompus, de la patiente en clinique.

Face à la Cour pénale de Bâle-Campagne, ce dernier a déclaré mercredi que la patiente s'est, sans doute, rendu compte elle-même de sa maladie psychique, mais qu'elle n'avait pas voulu l'admettre. Il en aurait résulté une volonté «biaisée» de mourir.

Des témoins relativisent la dépression

Cité en témoin, un membre du personnel soignant du home a décrit, au contraire, la sexagénaire comme une personne «très autonome» et «pas dépressive».

Autre témoin, un psychiatre mandaté par le home pour des troubles de l'alimentation et des angoisses de la patiente n'a, lui, diagnostiqué qu'une dépression de gravité moyenne en 2015, alors que l'expertise évoque une grave dépression. Il avait également constaté le trouble de somatisation, la femme ayant alors des difficultés à marcher et à parler.

Rebondissant sur ces témoignages, l'avocat de l'accusée s'en est pris à l'expertise psychiatrique. Il a évoqué les notes illisibles d'une médecin de famille, sur lesquelles l'expertise se base partiellement, ainsi que des documents manquants.

Pour l'auteur de l'expertise, le dossier de la patiente était suffisamment étoffé pour aboutir à de telles conclusions. Les rapports de sortie de clinique mentionnaient à chaque fois le trouble de somatisation et les entretiens personnels étaient suffisamment évocateurs pour conclure à une lourde dépression.

Certificat médical de deux pages

La prévenue a accompagné la sexagénaire vers la mort dans le local d'Eternal Spirit à Liestal, sans avoir auparavant demandé un rapport psychiatrique indépendant, souligne l'accusation. La femme était visiblement malade. Elle refusait toute thérapie et répétait qu'elle voulait mourir.

La médecin a elle-même élaboré un rapport destiné à l'organisation Eternal Spirit qu'elle préside. Elle a aussi demandé un court certificat médical de deux pages à un médecin de famille qu'elle connaît. Elle a ainsi pris une décision en se basant sur des informations insuffisantes pour déterminer la capacité de discernement de la sexagénaire, estime l'accusation.

C'est ensuite la prévenue qui a donné le feu vert pour l'accompagnement vers la mort en sachant sciemment, ou tout au moins en acceptant le fait que la sexagénaire n'était pas capable de discernement. La médecin lui aurait même «suggéré» qu'elle était capable de discernement, selon l'acte d'accusation.

Pentobarbital sodique

C'est la sexagénaire, dans l'ignorance de son incapacité de discernement, qui a activé la perfusion intraveineuse mortelle de pentobarbital sodique dans la main, indique le Ministère public.

L'acte d'accusation précise que la prévenue a agi par «idéalisme personnel». Le Ministère public cite aussi l'accusée qui regrette de n'avoir pas trouvé de psychiatre ou de neurologue qui puisse attester de la capacité de discernement de la sexagénaire.

Douleurs et crampes

Sur la page internet d'Eternal Spirit, la prévenue a commenté les reproches du Ministère public. La médecin explique que la sexagénaire souffrait de douleurs chroniques accompagnées de crampes insoutenables de l'estomac et des muscles. Ces douleurs sont réelles, écrit la prévenue. Le fils, des connaissances et la directrice du home médicalisé ont confirmé la capacité de discernement de la sexagénaire. Le procès se poursuit jeudi avec les plaidoiries de l'accusation et de la défense. Le jugement est attendu mardi. (ats/nxp)

Créé: 03.07.2019, 16h38

Suicidaire? Faites-vous aider!

«Chercher de l'aide n'est pas un aveu de faiblesse ! C'est un démarche courageuse et positive», affirme l’association Stopsuicide, dont la mission est de parler, faire parler, informer, sensibiliser et augmenter les possibilités de prévention.

N'hésitez pas à téléphoner, notamment aux structures suivantes: «La Main Tendue» (composer le 143), la «Ligne d'aide pour jeunes» (composer le 147), «Malatavie Ligne Ados» (HUG - Children Action), 022 372 42 42.

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.