Ça ressemble à quoi, un Röstigraben?

FrontièreUn photographe a suivi la démarcation entre les régions linguistiques, à la traque de ces petites différences qui font la Suisse.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«S’il vous plaît… photographie-moi un Röstigraben.» Le Petit Prince voulait un mouton, Charly Schwarz s’est intéressé à la frontière entre Suisses romande et alémanique. Cette démarcation fait beaucoup parler d’elle «mais personne ne l’a vraiment vue», note le photographe. Zurichois d’origine, installé en Valais après avoir longtemps vécu à Genève, il s’est donné une mission: l’immortaliser.

C’est le débat sur l’enseignement des langues qui lui a donné envie de se plonger dans ce travail. «Cette démarcation existe, mais elle est souvent virtuelle. Elle ne répond pas à des critères administratifs.» Sans oublier qu’elle est mouvante et ne résiste pas toujours à la vie quotidienne. Un peu partout, les uns ou les autres grignotent du terrain. Et si vous vous promenez depuis Rougemont en direction de Gstaad, vous remarquerez peut-être qu’une partie des terres d’un paysan vaudois se situe sur Berne.

Développement contrasté

Charly Schwarz a décidé de relier Sierre à Bâle. Le hasard fait bien les choses: les deux villes sont situées sur la même longitude géographique. La frontière entre francophones et germanophones, elle, prend de nombreux détours. La délimitation n’étant pas définie clairement, le photographe a fait des arbitrages. Mais il l’assure: la barrière est souvent visible sur le terrain. «Dans certaines régions, le développement urbanistique ou économique n’est pas le même des deux côtés. Le long du canal de la Thielle, par exemple, il y a la raffinerie de Cressier côté francophone et des champs côté alémanique.»

Le photographe a choisi de se concentrer sur les chemins accessibles à tous. Et de montrer les paysages, plutôt que les personnes. «Je suis passé par les Alpes, le Plateau et le Jura… Je voudrais donner envie aux gens de les découvrir.» Eh oui, au-delà de tous les débats, c’est aussi beau, un Röstigraben!

Il tire de son aventure près de 3500 clichés et une foule d’anecdotes. Ici, un panneau de la route cantonale indique le «Schwarzsee» alors que la commune a ajouté la route du «Lac Noir». Là, la «Route principale» devient «Hauptstrasse». A Bienne, le «théâtre municipal» propose une pièce en allemand. Et si les Alémaniques agrémentent plus souvent leurs panneaux de géraniums, les vignes sont plus fréquentes chez les Romands.

Bientôt une expo

Après deux ans de pérégrinations, il ne reste plus que quelques kilomètres à parcourir pour rejoindre Bâle. Le but est de boucler l’aventure d’ici à la fin du mois d’août, pour en tirer une exposition et un livre. A l’heure du premier bilan, Charly Schwarz évoque un face-à-face souvent stérile, fait de différences linguistiques, culturelles et confessionnelles. «Ce qui m’a le plus frappé? Les autorités font leur maximum pour promouvoir les échanges mais sur le terrain, ce n’est pas si évident! Chaque communauté vit pour elle, tournée de son côté, et les échanges sont rares. Mais c’était un super-voyage!»

Créé: 12.07.2017, 20h44

Articles en relation

Ikea révèle un Röstigraben entre Lausanne et Zurich

Etude marketing L’habitation ne remplit pas la même fonction entre les deux villes, explique l'étude «Life at home». Plus...

Le Röstigraben existe aussi en amour

Etude de marché Une des plus grandes agences matrimoniales d’Europe dévoile les compliments préférés des Romands Plus...

Une Suisse à réconcilier

Interview Pour le journaliste alémanique Christophe Büchi, malgré la nouvelle guerre sur les langues à l’école, le Röstigraben est aujourd’hui davantage social que linguistique. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Mort de Poulidor
Plus...