Bornet licencié: le Conseil d'Etat persiste et signe

Canton du ValaisAlors qu'une pétition a été déposée jeudi matin, le gouvernement a réaffirmé ses griefs envers Jean-Marie Bornet dans l'après-midi.

Il est notamment reproché à Jean-Marie Bornet d'avoir tenu des déclarations contraires à sa fonction. (Jeudi 11 mai 2017)

Il est notamment reproché à Jean-Marie Bornet d'avoir tenu des déclarations contraires à sa fonction. (Jeudi 11 mai 2017) Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le licenciement de Jean-Marie Bornet était au coeur d'une interpellation urgente interpartis jeudi après-midi au Grand Conseil. Le gouvernement a réaffirmé ses griefs envers l'ex-porte-parole de la police cantonale et maintenu sa position.

Le président du gouvernement Jacques Melly a répondu à la série de questions contenue dans l'interpellation urgente portée par des députés PDC, PLR, UDC et de l'Alliance de gauche. Il a rappelé que le premier lieutenant Jean-Marie Bornet avait été licencié par le gouvernement pour avoir tenu des déclarations contraires à sa fonction, entraînant une rupture du rapport de confiance.

Jean-Marie Bornet a «violemment critiqué le Ministère public et a invité le public à des commentaires disqualifiant cette autorité. Il a tenu des propos choquants envers une juge pénale», a détaillé Jacques Melly.

Conseil d'Etat serein

Il est aussi reproché à Jean-Marie Bornet ses propos sur la réforme de la loi sur la circulation routière Via Sicura, qu'un chef de l'information et porte-parole de la police cantonale se devait de «défendre loyalement». Selon Jacques Melly, le Tribunal fédéral estime qu'un policier peut exercer une activité politique et la critique politique si elles ne sont pas préjudiciables à l'exercice de sa charge élevée.

«Le droit de recours est incontesté. Nous attendons les décisions de l'autorité judiciaire avec sérénité», a souligné Jacques Melly.

Pétition déposée

Jeudi matin, Sébastien Salamolard a remis à la Chancellerie d'Etat une pétition pour protester contre le licenciement de Jean-Marie Bornet. Il demande au gouvernement de revenir sur sa décision.

Elu socialiste au Conseil général de Martigny, il ne connaît pas personnellement Jean-Marie Bornet, mais a été choqué par son licenciement en avril dernier. «Je trouve normal qu'un candidat à une élection puisse exprimer librement ses opinions sans craindre des représailles. Ce licenciement est une punition disproportionnée plus qu'une sanction», a-t-il indiqué à l'ats.

1238 signatures

Lancée le 22 avril via internet, la pétition a récolté 1238 signatures. Elle demande la révocation de la décision du Conseil d'Etat et la réintégration de Jean-Marie Bornet à son poste ou à un autre.

Le chancelier d'Etat Philipp Spoerri a réceptionné la pétition sans faire de commentaire. Convié, le président du gouvernement Jacques Melly n'était pas présent. (ats/nxp)

Créé: 11.05.2017, 18h07

Articles en relation

Jean-Marie Bornet condamné avec sursis

Valais L'ancien porte-parole de la police cantonale écope de 20 jours-amende avec sursis pour avoir prêté une arme à feu à son fils. Plus...

Licenciement de Bornet: le Conseil d'Etat explique

Canton du Valais Le gouvernement valaisan a décidé de limoger le chef de l'information de la police cantonale, Jean-Marie Bornet. Il s'en explique. Plus...

Jean-Marie Bornet empêché de travailler

Elections valaisannes Le chef de l'information de la police valaisanne et candidat malheureux au gouvernement a été suspendu. Ses déclarations durant la campagne électorale seraient en cause. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Coronavirus et enseignement à la maison
Plus...