La voie bilatérale Suisse-UE perd du terrain

SondageSelon un sondage, la voie bilatérale entre la Suisse et l'UE est soutenue par 60% de la population, contre 81% il y a un an.

La présidente suisse Doris Leuthard et le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker lors d'une conférence de presse commune en avril 2017. (Photo d'archives)

La présidente suisse Doris Leuthard et le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker lors d'une conférence de presse commune en avril 2017. (Photo d'archives) Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La voie bilatérale entre la Suisse et l'Union européenne perd du terrain, selon un sondage. En un an, un Suisse sur quatre s'en est détourné. Plutôt que la solution médiane actuellement suivie, une moitié d'entre eux préfère l'adhésion et l'autre la fin des accords.

Mais la voie bilatérale demeure majoritaire dans l'opinion. Elles sont 60% des personnes interrogées à la soutenir, selon un sondage de gfs.bern issue du Baromètre du Credit suisse 2017 rendu public lundi par le téléjournal de la SRF. Il y a un an, elles étaient encore 81%.

Quant aux 40% opposés aux accords bilatéraux, ils se montrent divisés. Ils sont 28%, selon le sondage, à vouloir les dénoncer, contre 19% en 2016, alors que, à l'inverse, 21% souhaitent adhérer à l'UE, contre 10% en 2016.

L'EEE serait approuvé de justesse

Quant à la solution de l'Espace économique européen (EEE), écartée de peu en 1992, elle serait désormais adoptée, de justesse également, par 51% des personnes interrogées (50% en 2016).

Seuls 11% des personnes interrogées se sentent en outre appartenir géographiquement à l'UE. «On a le sentiment que la voie de l'indépendance et de la neutralité est la voie à succès de la Suisse et que celle de l'UE, telle qu'elle se présente aujourd'hui, n'est pas une solution pour la Suisse», a déclaré au journal de la télévision alémanique SRF le codirecteur de gfs.bern Lukas Golder.

Le sondage a été mené par l'Institut de recherches gfs.bern sur mandat du Credit Suisse et en collaboration avec le Forum européen de Lucerne qui se tenait lundi. Les résultats sont basés sur les données du Baromètre 2017 des préoccupations des Suisses que le Credit doit publier en décembre.

A cette occasion un millier de citoyens suisses ont été interrogés du 26 juin au 15 juillet derniers. La marge d'erreur est de /- 3,2%. (ats/nxp)

Créé: 13.11.2017, 23h48

Articles en relation

L'UE adopte des sanctions pour faire fléchir Maduro

Crise au Venezuela Face au refus du président vénézuélien de dialoguer avec son opposition, l'Union européenne a pris ce lundi des mesures pour qu'il lâche du lest. Plus...

Puigdemont et Carme Forcadell ont saisi la CEDH

Catalogne Les deux dirigeants indépendantistes ont déposé une plainte auprès de la Cour européenne des droits de l'Homme. Des citoyens ont fait de même. Plus...

La Suisse attend son rapport sur le glyphosate

Agriculture Alors que l'Union européenne se penche sur le sort du pesticide controversé, Berne s'interroge également sur une possible interdiction. Plus...

Rencontre européenne de Taizé à Bâle

Suisse Après Genève il y a dix ans, Bâle est la deuxième ville suisse à accueillir cette manifestation religieuse. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Papyrus: les régularisés gagnent plus et vont mieux que les illégaux
Plus...