Passer au contenu principal

SuisseBerne veut protéger la dignité animale, mais...

Mercredi, le Conseil fédéral s'est penché sur les droits des animaux et propose un contre-projet à une initiative jugée trop extrême.

Interdire l'élevage intensif ne convient pas au Conseil fédéral.
Interdire l'élevage intensif ne convient pas au Conseil fédéral.
Photo d'illustration, Keystone

La dignité animale doit être mieux protégée, estime mercredi le Conseil fédéral. Mais interdire l'élevage intensif va trop loin. Le gouvernement rejette l'initiative «Non à l'élevage intensif» et propose un contre-projet direct.

Il soutient l'objectif principal du texte lancé par la présidente de la Fondation Franz Weber, Vera Weber, précise-t-il. Il propose d'inscrire dans la Constitution des critères sur le bien-être des animaux de rente.

Ces mesures amélioreront les conditions de détention, déjà garanties par la Constitution et la législation. Le Conseil fédéral rappelle qu'il verse des contributions pour soutenir les systèmes de stabulation particulièrement respectueux des animaux et les sorties régulières en plein air.

Excessif

Le gouvernement considère l'initiative sur l'élevage intensif excessive. Le texte demande à la Confédération de fixer des critères sur un hébergement et des soins respectueux des animaux, l'accès à l'extérieur, l'abattage et la taille maximale des groupes par étable.

La référence minimale serait le cahier des charges 2018 de Bio Suisse. L'importation d'animaux et d'aliments d'origine animale devrait aussi répondre aux nouveaux critères. Ces normes relèvent du droit privé, précise le Conseil fédéral. Et une extension aux importations serait incompatible avec les accords commerciaux.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.