Passer au contenu principal

Berne teste les limites de la démocratie

Le parlement se réunira début mai mais délaissera la Coupole. Les élus à risques devront prendre leurs responsabilités.

Le Palais fédéral n'accueillera pas la session extraordinaire du Parlement en mai. Il ne permet pas de respecter les règles sanitaires en période de coronavirus.
Le Palais fédéral n'accueillera pas la session extraordinaire du Parlement en mai. Il ne permet pas de respecter les règles sanitaires en période de coronavirus.
Keystone

Pas question pour les élus fédéraux de rester chez eux durant la crise sanitaire. Le parlement tiendra une session extraordinaire dédiée au coronavirus du 4 au 8 mai. Et ce même si l’état d’exception est prolongé après le 19 avril. La décision a été prise jeudi par les bureaux des deux Chambres, suite à la demande formelle de 32 sénateurs. Une réunion très spéciale: puisque la pandémie ne permet pas de siéger sous la Coupole, les élus se retrouveront à Bernexpo, un parc d’exposition situé dans la banlieue de la capitale. Ce déménagement permettra de respecter «les règles d’hygiène et de distanciation édictées par la Confédération», explique la présidente du Conseil national, Isabelle Moret (PLR/VD).

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.