Passer au contenu principal

Berne souhaite interdire la publicité sur les cigarettes

Berne songe à interdire les réclames pour les cigarettes, ainsi que les actions sur les prix des paquets.

L'Office fédéral de la santé publique songe à une interdiction des publicités pour les cigarettes, ainsi que des rabais sur le prix des paquets.
L'Office fédéral de la santé publique songe à une interdiction des publicités pour les cigarettes, ainsi que des rabais sur le prix des paquets.
Keystone

L'Office fédéral de la santé publique planche sur une interdiction des réclames pour les cigarettes. L'industrie de la publicité s'y oppose. La Ligue pulmonaire salue en revanche le projet qui doit encore être mis en consultation d'ici l'été.

Le projet, rendu public jeudi, prévoit une interdiction de la publicité dans la presse, sur des affiches, dans les médias électroniques, à la radio et à la télévision. Les campagnes visant des actions sur les prix des cigarettes seraient aussi prohibées.

Parrainage encore autorisé

Le parrainage resterait en revanche autorisé pour autant que la manifestation n'ait pas un caractère international ou un impact débordant les frontières. Enfin la nouvelle loi devrait placer la cigarette électronique sur un même plan que la cigarette.

Interrogé sur ces informations révélées jeudi par l'émission «10 von 10» de la télévision publique alémanique SRF, l'Office fédéral de la santé publique n'a pas souhaité vendredi donner plus de détails sur le contenu du projet. Celui-ci n'est qu'au stade de l'examen interne à l'administration, fait-on valoir.

Selon les chiffres bruts communiqués par Jens Windel de l'entreprise d'étude de marché Media Focus, l'industrie du tabac a investi l'an dernier 21 millions de francs dans la publicité. Elle se situe loin derrière d'autres secteurs comme l'alimentaire qui dépense 500 millions par an. Le marché publicitaire représente dans son ensemble 4,84 milliards.

Le débat est lancé

L'industrie de la publicité n'apprécie pas tout le projet. «Nous soutenons la protection de la jeunesse mais nous combattons le phénomène qui consiste à rendre de façon précipitée la publicité responsable de tout», a expliqué Thomas Meier, de Publicité Suisse.

Et de tracer un parallèle avec le projet d'interdire les réclames pour le petit crédit, qui contribue à l'endettement des jeunes. «On pointe du doigt la branche de la publicité, alors qu'il devrait revenir aux parents par exemple de prendre leurs responsabilités.»

Hanspeter Lebrument, de Médias suisses, est sur la même longueur d'onde. «Aussi longtemps que la fumée n'est pas interdite, on doit pouvoir en faire la publicité». La Ligue pulmonaire salue en revanche le projet, même si les jeunes pourraient continuer d'être la cible d'actions liées au sponsoring dans les concerts open air.

Il y a 20 ans, fin 1993, le peuple suisse rejetait à trois contre un les initiatives dites jumelles visant à interdire la publicité contre le tabac et l'alcool.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.