Passer au contenu principal

Berne n’interdit pas le Roundup malgré les craintes pour la santé

Une agence de l'OMS considère le célèbre désherbant comme probablement cancérigène. Le Conseil fédéral appelle au calme.

Frank Mentha

Il élimine les plantes sur lesquelles il est appliqué sans demander d’effort. Mais aujourd’hui, le glyphosate, commercialisé notamment sous la marque Roundup, est au cœur d’une polémique. A fin mars, le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), une agence de l’Organisation mondiale de la santé, l’a classé parmi les «cancérogènes probables», provoquant la colère de Monsanto, qui exige que la transparence soit faite sur la manière dont l’étude du CIRC a été menée.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.