Berlin met en garde contre un groupe extrémiste suisse

SécuritéUn rapport du ministre allemand de l'Intérieur Thomas de Maizière pointe le doigt sur un groupe d'extrême droite suisse qui veut se développer à l'international.

Thomas de Maizière a pointé le doigt sur un groupe d'extrême-droite suisse.

Thomas de Maizière a pointé le doigt sur un groupe d'extrême-droite suisse. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les actes de violence sur fond xénophobe ont augmenté de 20% chez notre voisin. Le rapport met le doigt sur l'Action européenne (AE), un groupe qui veut développer un réseau international d'extrême-droite depuis la Suisse.

«L'Action européenne développe une activité particulièrement antisémite et révisionniste, même pour un groupe d'extême-droite», lit-on dans le rapport allemand publié en ligne, dont la «Neue Luzerner Zeitung» s'est fait l'écho vendredi. «Cette organisation vise à développer un réseau international d'extrême-droite raciste».

On trouve des noms connus dans l'organigramme de l'organisation. Celle-ci utilise une rhétorique néo-nazie et est connectée à de jeunes dirigeants d'extrême-droite ainsi qu'au milieu nazi, composé de «camarades orientés vers l'action».

Un Suisse à l'origine

Le négationniste suisse, Bernahrd Schaub, est un des initiateurs d'Action européenne, un groupe lancé en 2010 sur les cendres de deux autres mouvements interdits en 2008 en Allemagne sous le motif d'incitation à la haine raciale: «Collegium Humanum» et «Verein zur Rehabilitierung der wegen Bestreitens des Holocaust Verfolgten» (Association pour la réhabilitation des persécutés pour contestation de l'Holocauste).

Si les autorités allemandes mettent en garde contre l'Action européenne, à Berne, on reste calme. «L'AE n'appelle ni à la violence, ni ne menace d'agir avec violence. C'est pourquoi cette organisation n'est pas considérée ici comme une organisation extrémiste violente, a indiqué Felix Endrich, le porte-parole du Service de renseignements à l'ats, revenant sur ses propos tenus dans les colonnes de la NLZ.

Des personnes se sont réunies sous l'égide de l'AE en avril dernier dans le canton de St-Gall. Celle-ci est surtout active dans la région de Zurich et dans l'Est de la Suisse.

La Poste attentive

Reste à la société civile et aux politiciens locaux de rester sur leur garde. L'unité de prévention de l'extrémisme et de la violence (Fexx) à Oberwil (BL), par exemple, a l'AE dans son collimateur.

L'organisation pourrait en revanche perdre ses comptes postaux en Suisse. «Si PostFinance a la preuve qu'un client a une pratique commerciale particulière ou que celui-ci fait preuve d'un comportement extrémiste, qui pourrait compromettre notre réputation, notre lien commercial sera examiné et si nécessaire rompu,» a indiqué le porte-parole de PostFinance Johannes Möri. (ats/nxp)

Créé: 20.06.2014, 15h32

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.