Un bébé hors mariage, la «grave faute» de Christophe Darbellay

PDCLe PDC valaisan admet être le père d’un bébé né d’une relation d’un soir. Il présente ses excuses à sa femme et ses électeurs.

Christophe Darbellay, qui espère être élu au Conseil d’Etat valaisan l’an prochain, a choisi d’assumer les conséquences de son écart extraconjugal.

Christophe Darbellay, qui espère être élu au Conseil d’Etat valaisan l’an prochain, a choisi d’assumer les conséquences de son écart extraconjugal. Image: Jean-Paul Guinnard

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Auguri comunque»: félicitations quand même! Le petit mot posté sur Twitter par le chef du groupe démocrate-chrétien aux Chambres fédérales, Filippo Lombardi, dit tout l’embarras du PDC suisse à l’annonce de la nouvelle. Dimanche, son ancien président, Christophe Darbellay, a confessé dans SonntagsBlick être le père d’un bébé né d’une relation d’un soir. Faut-il condamner le dérapage d’un des plus fervents défenseurs de la famille? Ou le féliciter pour la naissance de ce nouveau bébé, le quatrième pour Christophe Darbellay? Sur les réseaux sociaux, les débats sont vifs, entre moquerie, réprobation morale et dénonciation d’un «journalisme poubelle» qui fait intrusion dans la vie privée des politiciens. Dans les colonnes du journal dominical, Christophe Darbellay, lui, assume. En décembre dernier, avant de mettre un terme à ses activités de président, il a, explique-t-il, passé une nuit avec une femme. «J’ai commis une grave faute.» Le Valaisan, marié depuis huit ans et père de trois enfants, a gardé longtemps le silence sur cette future paternité. Il finit par tout avouer à son épouse, peu avant la naissance du bébé. «Cela a été pour moi extraordinairement difficile, vis-à-vis de mon épouse, d’admettre ce qui s’était passé. Bien que je l’aie profondément blessée, elle a décidé de rester à mes côtés dans cette situation difficile.»

«Cela a été pour moi extraordinairement difficile, vis-à-vis de mon épouse, d’admettre ce qui s’était passé»

Tous les deux espèrent surmonter ensemble cette épreuve. «Je regrette profondément mon comportement. Et j’ai demandé pardon à ma femme et à ma famille», poursuit Christophe Darbellay, qui entend assumer pleinement les conséquences de ses actes. «Avant même la naissance du bébé, je l’ai officiellement reconnu et j’ai réglé la prise en charge financière de sonentretien.» Selon le journal alémanique, le bébé est né mardi dernier dans un hôpital bernois. On ne connaît aucun détail sur l’identité et la situation de la maman, ni sur les relations que Christophe Darbellay, 45 ans, entend entretenir avec son nouvel enfant.

A l’américaine

Aveu, regret, excuses et demande de pardon: le Valaisan a donc opté pour la transparence, avec une communication à l’américaine qui tranche avec les mœurs helvétiques, où l’on se retranche le plus souvent derrière le secret de la vie privée. L’ex-président du PDC suisse pouvait difficilement faire autrement, lui qui a beaucoup médiatisé et mis en scène sa vie privée, notamment sa femme et ses enfants.

La direction du PDC suisse a été informée de l’affaire il y a quelques jours. Et, si l’on estime qu’il s’agit d’une affaire «purement privée», on se montre prudemment solidaire avec l’ancien président. «Le fait qu’il assume ses responsabilités dans cette affaire correspond à nos attentes envers lui», relève le parti dans un communiqué. «Christophe Darbellay continue de jouir de mon estime et de mon amitié», souligne Filippo Lombardi.

Candidat au Conseil d'Etat

Reste à voir si le «Darby Day», comme les internautes ont surnommé l’affaire, aura des conséquences sur la suite de sa carrière en Valais. Christophe Darbellay a été adoubé par le PDC du Valais central dans la course au gouvernement, l’an prochain. Une élection qui lui semblait assurée. Quant à son épouse, Florence Carron Darbellay, elle est candidate à l’Exécutif communal de Martigny-Combe. L’incartade de son mari est un coup de pub dont elle se serait certainement passée.

«Je crois qu’au XXIe siècle les gens sont parfaitement capables de faire la différence entre vie privée et vie publique. Cette affaire n’enlève en rien la qualité du travail fourni par Christophe Darbellay à Berne. Ce n’est pas tellement sur sa carrière politique que cette histoire aura des conséquences, mais plutôt sur sa vie familiale», analyse Yannick Buttet. Le vice-président du PDC suisse a d’ailleurs téléphoné à Christophe Darbellay pour l’assurer de son soutien. «Quand même, il s’agit d’un enfant. Et on peut aussi se réjouir qu’il y ait un enfant de plus», souligne-t-il. (TDG)

Créé: 11.09.2016, 20h04

Sondage

Christophe Darbellay avoue avoir eu un enfant hors mariage...

C'est scandaleux!

 
22.3%

C'est sa vie privée

 
68.2%

Faute avouée est à moitié pardonnée

 
5.7%

Je ne sais pas

 
3.8%

1706 votes au total


Articles en relation

Darbellay paiera-t-il son infidélité dans les urnes?

Suisse Les électeurs valaisans pourraient punir l'ex-président du PDC, en campagne pour l'élection au Conseil d'Etat en 2017. Plus...

Christophe Darbellay se verrait bien au Conseil fédéral

Parti démocrate-chrétien Questionné par la presse alémanique, le président du PDC suisse Christophe Darbellay, qui quittera le Conseil national en octobre, n'exclut pas une future candidature au Conseil fédéral. Plus...

Christophe Darbellay tacle le gouvernement valaisan

Critiques Le président du PDC Suisse estime que l'Exécutif valaisan a de la peine à décider et manque de cohésion et de leadership. Plus...

Darbellay: «Le parlement doit oser invalider des initiatives»

Interview Le président du PDC suisse dresse le bilan de son parti et jette un regard lucide sur l’état de la Suisse aujourd’hui. Plus...

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.