Les autoroutes à vélos déroulent leur tapis rouge

MobilitéBerne a inauguré un premier tracé entre gare et périphérie afin de favoriser l’utilisation de la bicyclette.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Une large bande rouge peinte sur la chaussée et des feux de signalisation spéciaux. Il y a quelques semaines, la Ville de Berne a inauguré en grande pompe la première autoroute à vélos de Suisse. Reliant la gare principale à la Wank­dorf­platz, cette super piste cyclable ne devrait pas rester isolée. La capitale prévoit d’ouvrir pas moins de onze de ces voies radiales afin de relier les quartiers d’habitation au centre. Cette étoile devrait être complétée par un ou deux périphériques permettant aux cyclistes de passer rapidement d’un quartier à l’autre.

La rapidité, tel est le maître mot des autorités bernoises lors de la présentation de cette «Velo-Offensive» visant à faire passer la part de la petite reine dans le trafic urbain de 11% actuellement à 20% en 2030. Municipale en charge de la circulation, la socialiste Ursula Wyss ne fait pas mystère de son ambition: détrôner Bâle, considérée actuellement comme la capitale du vélo en Suisse.

Outre la séparation du trafic motorisé grâce à des bandes ou des pistes réservées, les ingénieurs bernois ont prévu des feux spéciaux pour les vélos, à côté des feux ordinaires. Cette signalisation est réglée de manière à offrir une onde verte aux cyclistes circulant à 20 km/h sur les tronçons à plat. Mollets noueux de rigueur.

Essai pilote

Si les autoroutes à vélo sont courantes aux Pays-Bas, au Danemark et en Allemagne, plusieurs villes suisses font les yeux doux aux cyclistes. Bâle, Zurich, Lucerne et Saint-Gall participent ainsi à un essai pilote orchestré par l’Office fédéral des routes (OFROU). L’idée est de définir des itinéraires pour les vélos, marqués par une signalisation spéciale. Sur ces parcours passant avant tout par des rues à faible circulation ou dans des zones limitées à 30 km/h, les cyclistes sont prioritaires, même aux carrefours où la priorité de droite s’applique aux autres véhicules.

L’essai pilote, qui a démarré cet été, devrait se terminer à l’automne 2017. L’OFROU synthétisera alors les expériences des villes. Ses conclusions permettront de déterminer si certaines dispositions légales peuvent être modifiées en faveur des cyclistes. Porte-parole de l’OFROU, Guido Bielmann indique que ce sont les villes ont pris l’initiative de cet essai. Elles disposent d’ailleurs d’une grande indépendance dans le choix des mesures propres à favoriser le vélo, selon les conditions qui leur sont propres.

Annoncée comme seule cité romande partante, La Chaux-de-Fonds ne participe pas, finalement, à l’expérience. «Nous avons été approchés par l’OFROU mais l’ampleur de la planification et de la signalisation nous a pris de court, indique Maximilien Matthey, chargé de la mobilité. Nous restons intéressés à participer à une phase ultérieure.»

Intérêt à Lausanne

A Genève, où la densité du trafic est importante et la cohabitation entre cyclistes, piétons et automobilistes souvent problématique, l’idée d’un bouleversement des règles de priorité fait frémir. Si Lausanne ne participe pas non plus à l’essai pilote, la Ville insiste sur les nombreux tronçons aménagés au cours de ces dernières années et sur les multiples projets en cours. Et la directrice de la mobilité, Florence Germond, entend suivre de près l’évolution du projet de l’OFROU.

Président de Pro Velo, Jean-François Steiert salue tant l’autoroute cyclable bernoise que les réalisations dans les autres villes. «Les aménagements doivent être adaptés à la configuration des lieux et aux publics visés, insiste le conseiller national (PS/FR). Aujourd’hui, plus de la moitié des pendulaires parcourent moins de 5 km. Des gains en sécurité et en vitesse peuvent en convaincre une partie de passer au vélo.» Et le Fribourgeois de se référer aux expériences réalisées à l’étranger: «L’amélioration des infrastructures cyclistes a permis de décharger de 5% à 10% les autres modes de transport. Cela représente un gain considérable en fluidité.» (TDG)

Créé: 03.08.2016, 07h43

Articles en relation

Les vélos sont bannis des parcs de la Ville

Genève Le nouveau règlement des espaces verts permet de mieux sanctionner les abus. Plus...

La branche du vélo dénonce «l'hystérie sécuritaire»

Prévention des accidents L'Office suisse de conseil pour deux-roues (OSCD) estime que le BPA «dramatise le bilan des accidents» de vélos électriques. Plus...

Rouler à vélo reste dangereux en Suisse

Accidents C'est en Suisse romande qu'il y a le plus grand nombre d'accidents. Ceux impliquant des vélos électriques sont en outre en hausse. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

CH: une femme sur cinq a subi des violences sexuelles
Plus...