Des automates pourraient disparaître des gares

SuisseLes CFF envisagent de supprimer les machines à billets peu productives. La vente en ligne des tickets est en constante augmentation.

Les appareils ne distribuant qu'une demi-douzaine de titres de transport par jour seraient sur une liste rouge.

Les appareils ne distribuant qu'une demi-douzaine de titres de transport par jour seraient sur une liste rouge. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les Chemins de fer fédéraux (CFF) vont diminuer le nombre des automates à billets pour s'adapter aux habitudes des clients, qui achètent de plus en plus par ordinateur ou téléphone portable. L'ex-régie fédérale n'a pas d'objectif fixe sur l'ampleur de cette réduction.

Environ 150 automates vendent moins de 20 billets par jour, a indiqué à Keystone-ATS Corinne de Puckler, porte-parole des CFF, confirmant une information du Matin Dimanche et de la SonntagsZeitung. Mais cela ne signifie pas pour autant que ces machines vont être supprimées, car le critère pour la suppression ne sera pas uniquement la rentabilité.

«Nous tenons compte, entre autres, du montant total des ventes sur le site. Mais les règles de sécurité sur les quais centraux, les chemins de promenade, l'accessibilité pour les personnes à mobilité réduite et pour enfants ainsi que le nombre de distributeurs automatiques à un endroit sont également décisifs», a précisé la porte-parole. Il ne s'agira donc pas d'une réduction massive.

Il y a même actuellement de nouveaux emplacements de distributeurs. Par exemple avec l'introduction du Léman Express à Genève l'année prochaine, environ 15 nouveaux automates seront ajoutés. Globalement, les CFF ont investi récemment pour 30 millions dans des nouveaux distributeurs.

Quelques centaines en fin de vie

Un automate coûte 30'000 francs. Quelques centaines d'entre eux sont en bout de course - leur durée de vie est de 15 à 20 ans, selon les modèles. Le facteur décisif pour leur remplacement est de savoir si la machine répond à une exigence du client, c'est-à-dire si elle est suffisamment utilisée, explique Mme de Puckler. Les zones rurales ne seront pas forcément péjorées au détriment des zones urbaines.

Cette année, 38,1% des billets sont achetés de manière numérique (par ordinateur ou téléphone portable), contre 32,4% l'année passée. La part des billets achetés aux automates se monte à 46,1%, contre 49,2% en 2017. Les achats aux guichets diminuent aussi, avec une part de 11,8%, contre 14,4% l'année passée.

Quand le client n'a aucune possibilité d'acheter un billet, il peut bien sûr le faire dans les trains où il y a un personnel d'accompagnement, explique la porte-parole des CFF. En l'absence d'automate, les CFF ne craignent-ils pas que de nombreux passagers voyagent sans payer, dans la mesure où les contrôles sont plutôt rares sur certaines lignes périphériques ? Corinne de Puckler ne peut actuellement pas répondre à cette question.

Créé: 09.09.2018, 10h59

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le PLR repousse son vote sur la démission de Maudet
Plus...