Passer au contenu principal

«Nous allons enfin pouvoir faire notre deuil»

La justice argovienne condamne finalement l'assassin de Lucie à l'internement à vie. La Cour suprême du canton a durci la décision de première instance. La famille de la victime est «soulagée». L'avocat du condamné va toutefois faire appel au Tribunal fédéral.

Lucie était jeune fille au pair dans une famille schwytzoise lors de sa rencontre fatale avec Daniel H.
Lucie était jeune fille au pair dans une famille schwytzoise lors de sa rencontre fatale avec Daniel H.
Keystone
Roland  (devant) et Nicole Trezzini (à l'arrière-plan), les parents de Lucie.
Roland (devant) et Nicole Trezzini (à l'arrière-plan), les parents de Lucie.
Keystone
Roland  (devant) et Nicole Trezzini (à l'arrière-plan), les parents de Lucie.
Roland (devant) et Nicole Trezzini (à l'arrière-plan), les parents de Lucie.
Keystone
1 / 13

Jeudi, la Cour formée de trois juges cantonaux a unanimement donné raison au Ministère public et à la famille de l'adolescente fribourgeoise assassinée en mars 2009.

Ces derniers avaient fait appel. L'internement à vie de l'assassin de Lucie signifie que son cas ne sera pas réévalué, à moins que la médecine découvre une nouvelle méthode de traitement à efficacité garantie.

En février dernier, le jeune homme de 29 ans avait été condamné pour assassinat à une peine de prison à perpétuité, assortie d'un internement à réévaluer régulièrement une fois la peine purgée. Le tribunal de district de Baden (AG) avait estimé que l'internement ne se justifiait pas tant qu'il était envisageable qu'une thérapie de l'assassin puisse un jour être couronnée de succès.

Pour le président du tribunal, il n'y a pas de doute: l'assassin de Lucie ne peut pas être soigné. Au cours de l'audience d'une journée, les experts psychiatriques ont souligné qu'aucune thérapie ne pouvait être efficace sur lui avant au moins 15 ans. La Cour en a conclu que l'assassin est à considérer comme durablement incurable.

Motivations sexuelles

Se basant sur l'avis des experts, le tribunal a en outre estimé que des motivations et des gestes d'ordres sexuels ont pour le moins accompagné le crime. Le 4 mars 2009, l'assassin a abordé Lucie, 16 ans, en gare de Zurich. Prétextant une séance de photos de mode, il a attiré chez lui la jeune fille au pair travaillant chez une famille schwyzoise.

Dans son appartement de Rieden bei Baden (AG), le jeune homme la tue alors brutalement, frappant la tête de l'adolescente avec une haltère avant de l'égorger. Un jour plus tard, il lave le corps de Lucie, introduit ses doigts dans les parties intimes de sa victime et recouvre d'un bas la tête de cette dernière. Des traces de sperme et d'urine sont découvertes sur le cadavre.

La Cour cantonale a du même coup reconnu le jeune homme coupable d'atteinte à la paix des morts, grief que le tribunal de première instance n'avait pas traité séparément. Face aux juges, l'accusé n'a pas convaincu lorsqu'il a expliqué avoir voulu «faire quelque chose de bien» en lavant sa victime après son crime et avoir utilisé un bas pour ne plus voir la tête de sa victime.

Excuses

Jeudi, le jeune homme, qui s'est rendu à la police quelques jours après le crime, a en outre déclaré en vain vouloir «tout faire» pour réussir une thérapie. Il s'est excusé auprès de la famille de Lucie.

Récidiviste, il avait été condamné en 2004 pour tentative d'assassinat. Habitué aux thérapies, l'assassin est capable de manipuler un thérapeute en lui donnant des réponses qui satisfont ce dernier, selon les experts.

Durant l'enquête et le procès, le cuisinier au chômage et toxicomane a déclaré avoir agi dans le but de retourner en prison. Il avait été libéré de manière conditionnelle sept mois avant son acte assassin.

Soulagement de la famille

Le Tribunal fédéral aura sans doute à se pencher sur le cas du jeune homme. A l'issue du jugement, l'avocat du criminel a immédiatement indiqué qu'il ferait appel de l'internement à vie. Il estime que le TF doit clarifier la notion de durabilité au sujet du caractère incurable de son client, abattu à l'énoncé du verdict.

Le procureur s'est, lui, déclaré «content» du verdict qui a fortement soulagé la famille de Lucie. «Nous avons fait quelque chose pour la société», a déclaré la mère de la victime à la sortie du tribunal.

Très émue, la mère de la victime a déclaré aux journalistes qu'interné à vie, l'assassin de sa fille représentait «un danger en moins». «Nous allons enfin pouvoir réellement faire notre deuil», a déclaré le père de Lucie.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.