Passer au contenu principal

SuisseAsile: Amnesty pointe des «délais trop courts»

L'ONG de défense des droits humains critique «les délais trop courts et le régime très strict des centres fédéraux» en Suisse.

Trente-quatre personnes, en majorité des femmes, ont perdu la vie lors du naufrage d'une embarcation clandestine de migrants au large des îles Kerkennah en Tunisie. Douze corps supplémentaires ont été retrouvés mercredi. (10 juin 2020)
Trente-quatre personnes, en majorité des femmes, ont perdu la vie lors du naufrage d'une embarcation clandestine de migrants au large des îles Kerkennah en Tunisie. Douze corps supplémentaires ont été retrouvés mercredi. (10 juin 2020)
Keystone
Les gardes-frontières iraniens sont accusés d'avoir refoulé des migrants Afghans qui seraient morts noyés. L'Iran nie ces accusations. (Vendredi 8 mai 2020)
Les gardes-frontières iraniens sont accusés d'avoir refoulé des migrants Afghans qui seraient morts noyés. L'Iran nie ces accusations. (Vendredi 8 mai 2020)
AFP
Lundi, en ouverture du sommet de l'Union africaine (UA), le roi du Maroc Mohammed VI (ici lors d'un précédent sommet en janvier 2017) a plaidé pour une «vision africaine commune» à propos de la migration et fera des propositions en ce sens aux pays africains. (Lundi 3 juillet 2017)
Lundi, en ouverture du sommet de l'Union africaine (UA), le roi du Maroc Mohammed VI (ici lors d'un précédent sommet en janvier 2017) a plaidé pour une «vision africaine commune» à propos de la migration et fera des propositions en ce sens aux pays africains. (Lundi 3 juillet 2017)
AFP
1 / 133

Depuis un an, une grande partie des procédures d'asile sont menées à un rythme accéléré dans les nouveaux centres fédéraux d'asile. Pour Amnesty International, favorable à cette nouvelle procédure, «les délais trop courts et le régime très strict des centres fédéraux», posent toutefois problème.

La procédure, qui se déroule «dans des délais très courts», impose des exigences élevées à toutes les parties concernées: les arrêts du Tribunal administratif fédéral bloquant les renvois sont relativement fréquents et montrent que l'accélération se fait encore trop souvent au détriment d'un examen minutieux des faits, estime Amnesty International dans un communiqué vendredi.

Cela pourrait être dû, pour l'ONG, au fait que le Secrétariat d'État aux migrations (SEM) a bouclé de nombreuses procédures beaucoup plus rapidement que ne l'exige la loi (la durée moyenne de la procédure n'était que de cinquante jours) et n'a traité qu'une petite partie des cas dans la procédure étendue (19% au lieu d'environ 40% comme prévu).

«Déficits importants»

Or Amnesty constate que la nouvelle procédure d'asile - comme le montrent les statistiques en matière d'asile publiées par le SEM fin janvier - n'a pas eu jusqu'à présent d'impact significatif sur les taux de reconnaissance et de protection. Le taux d'octroi de l'asile est resté inchangé à 31,2%, tout comme celui des admissions provisoires (c'est-à-dire le taux de protection) qui se monte à 59,3%. Ainsi, en 2019, environ 60% de toutes les demandes d'asile ont été considérées fondées de la part des autorités.

L'ONG juge encore que «les déficits importants de la politique suisse en matière d'asile continuent de s'accentuer indépendamment de la nouvelle procédure». Et Alicia Giraudel, responsable asile à Amnesty Suisse de relever: «Dans le contexte européen, la Suisse fait trop peu pour améliorer la situation des migrants, en particulier en Libye et sur les îles grecques.»

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.