L'armée veut investir 2 milliards en 2018

SuisseLe Conseil fédéral a dévoilé mercredi son programme militaire pour l'année en cours.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Guy Parmelin veut investir 2 milliards cette année dans l'armée. Le ministre de la défense a présenté mercredi sa facture. Le message 2018 sur l'armée remis par le Conseil fédéral au Parlement propose en outre la mise hors service de 27 avions de combat Tiger.

Le gouvernement s'est fixé trois priorités: moderniser certains systèmes des Forces aériennes, compléter l'équipement de la troupe et développer l'infrastructure d'instruction. L'enveloppe de 2,053 milliards de francs regroupe 848 millions pour le programme d'armement, 742 millions pour le matériel d'armée et 463 millions pour l'immobilier. Ces montants avoisinent ceux du précédent message.

Nouvelle tenue

Rayon programme d'armement, le Conseil fédéral demande 377 millions pour un nouveau système d'habillement et d'équipement modulaire destiné à la troupe. Près de 100'000 militaires pourront être équipés. Le nouveau système coûte environ 3000 francs par personne, près de la moitié de la somme servant à la protection corporelle balistique (gilets de protection).

Evoquant la situation en France après les attentats, Guy Parmelin a souligné devant la presse qu'il n'était pas imaginable de n'équiper que certains soldats et pas d'autres. Même si tous les soldats ne sont pas mobilisés en même temps, il faut compter avec des rotations dans un système de milice.

Cet achat était initialement prévu en 2019. Mais l'évaluation est déjà bien avancée et il s'agit d'une acquisition prioritaire. Un crédit-cadre de 100 millions doit en outre servir à compléter d'autres éléments de l'équipement existant de la troupe, par exemple pour des fusils d'assaut pour la sécurité militaire et des fusils de précision pour les forces spéciales.

Hélicoptères et radars

La modernisation des hélicoptères de transport Cougar, engagés pour les transports de matériel et de la troupe, est devisée à 168 millions. Le maintien de la valeur de ces engins en service depuis 20 ans est jugé nécessaire. Ils pourront être utilisés jusqu'en 2030.

Le Conseil fédéral demande en outre 114 millions (radars secondaires) et 16 millions (radars primaires) pour la modernisation du maintien du système de surveillance de l'espace aérien Florako. Septante-trois millions sont prévus pour le remplacement de l'infrastructure au sol de radiocommunication aérienne.

Equipement et instruction

Les crédits-cadres pour le matériel d'armée 2018 financent les études de projets, les essais et les préparatifs d'achats (150 millions), l'équipement personnel et le matériel à renouveler (420 millions) ainsi que les munitions (172 millions).

Enfin, le programme immobilier prévoit 53 millions pour l'adaptation d'installations de l'infrastructure au sol de radiocommunication aérienne, 39 millions pour la rénovation et la consolidation d'une installation militaire classifiée et 27 millions pour la transformation de la halle 4 de l'aérodrome de Payerne.

Des investissements sont aussi requis dans l'instruction: transformation de la place d'armes de Drognens (40 millions), développement de celle Wangen (89 millions) et agrandissement de l'infrastructure au Simplon (30 millions). S'y ajoutent 185 millions destinés à des projets de moins de 10 millions chacun. Il s'agira notamment de pallier la fermeture des sites de Fribourg, Lyss et Moudon.

Tiger à vendre

Pour la première fois, le message sur l'armée propose des mises hors service de systèmes d'armes importants, comme le prévoit la loi. Selon le Conseil fédéral, les coûts pourront être en grande partie couverts par les recettes escomptées des liquidations. En outre, les charges d'exploitation annuelles diminueront de 5,5 millions de francs.

L'armée va se débarrasser de 27 de ses 53 Tiger. Quatre ont été remis à des collections historiques. Selon le Conseil fédéral, des acheteurs potentiels existent pour les autres avions.

Les 26 appareils restants continueront d'être engagés pour décharger les F/A-18 de tâches annexes, afin que ces derniers puissent être utilisés jusqu'en 2030. Les F-5 seront affectés principalement à l'entraînement, en servant de cibles ou à la surveillance de la radioactivité. Onze resteront à disposition de la Patrouille Suisse.

Dans le cadre de la mise hors service de l'artillerie de forteresse - un vestige de la guerre froide -, les canons Bison et les lance-mines 12 cm restants ainsi que les infrastructures associées seront vendus, ou vidés et fermés. Le Conseil fédéral veut enfin liquider 162 obusiers blindés, 59 véhicules de transport à chenille et 106 chasseurs de chars.

(ats/nxp)

Créé: 14.02.2018, 14h00

Articles en relation

Avions de combat: fronde du PLR et du PDC

Suisse Les deux partis veulent scinder le projet du ministre Guy Parmelin qui veut lier l'achat d'avions de combat à celui de la défense sol-air. Plus...

Parmelin abat le cyber-commandement en vol

Cyberdéfense Le chef du Département militaire a retourné le parlement. Il n’y aura pas d’école de recrues cyber, ni de cyberbataillon. Plus...

Nouvelle pétition contre les jets militaires

Armée La commune d'Emmen (LU) a remis une pétition à Guy Parmelin pour demander une pause estivale des vols militaires. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.