L'appel du braqueur de Thoune entendu

Tribunal fédéralUn homme, qui avait été condamné pour un braquage à Thoune, s'estime avoir été mal défendu. Le Tribunal fédéral a accepté son recours.

Tribunal fédéral.

Tribunal fédéral. Image: archive/photo d'illustration/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La justice bernoise doit vérifier que le braqueur condamné à sept ans de prison en juin pour l'attaque d'une bijouterie a été correctement défendu. Selon le Tribunal fédéral, elle ne pouvait pas refuser d'entrer en matière sans examiner pourquoi l'appel était tardif.

Le verdict avait été prononcé le 6 juin 2018 par le Tribunal régional de l'Oberland. La demande d'appel était parvenue au Tribunal cantonal le 23 juillet, soit plus de deux semaines après l'expiration du délai de recours. La justice avait donc refusé d'entrer en matière.

Dans son recours au Tribunal fédéral, le braqueur, un Italien âgé de 74 ans, explique que son avocate d'office l'a laissé tomber. Bien qu'une telle démarche soit indispensable, elle ne l'a pas assisté dans la procédure d'appel. «Son comportement est incompréhensible. On ne comprend pas ce qu'elle dit, ni ce qu'elle fait», conclut le recourant.

Mésentente réciproque

Dans un arrêt publié mardi, la haute cour constate que l'Italien demandait dans sa lettre d'appel auprès de la justice bernoise le remplacement de son avocate car il avait perdu toute confiance en elle. Invitée à s'exprimer, cette dernière avait exprimé le même voeu car toute collaboration avec son client était devenue impossible.

Pour les juges de Mon Repos, le fait que le défenseur d'office n'ait pas fait appel ne permet pas, en soi, de remettre en question la manière dont il exécute sa mission. Cependant, au vu des critiques du recourant, le Tribunal cantonal aurait dû examiner pourquoi son appel n'était pas arrivé à temps et s'il était dû à un comportement inadéquat de l'avocate.

Le Tribunal fédéral a donc annulé la décision d'entrée en matière du Tribunal cantonal bernois et renvoyé la cause afin qu'il examine les raisons du retard.

L'Italien a été reconnu coupable de brigandage qualifié, prise d'otages, séquestration, contrainte sexuelle et violation de domicile. En septembre 2016, il avait pris en otage en la gérante d'une bijouterie de Thoune, son mari et leur fille. Après avoir pillé leur domicile et abusé de la jeune fille, il les avait contraints à lui ouvrir le commerce.

Après l'arrestation de cet homme en Espagne, un test ADN a révélé qu'il serait impliqué dans la mort d'une octogénaire à Küsnacht (ZH) en 1997. Retrouvée ligottée dans sa maison, cette dernière avait été brutalisée. Une enquête pour meurtre a été ouverte par la justice zurichoise. (arrêt 6B_826/2018 du 7 novembre 2018) (ats/nxp)

Créé: 20.11.2018, 12h05

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Amherd, première femme à la tête de l'armée suisse
Plus...