Et si l’anglais avait sauvé le français?

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La victoire est éclatante pour les défenseurs du compromis des langues. Zurich a rejeté avec vigueur l’initiative «Davantage de qualité – une langue étrangère à l’école primaire». Le résultat est encore plus net que celui sorti des urnes il y a 11 ans sur le même thème.

Cette victoire est aussi symbolique, car c’est dans le canton de Zurich que se sont écrit les prémices de la «guerre des langues», lorsque, au tournant du siècle, le conseiller d’Etat Ernst Buschor décidait que les petits Zurichois se frotteraient à Shakespeare avant Molière.

Zurich envoie donc un signal clair aux autres cantons alémaniques où gronde la contestation. Le maintien de l’enseignement du français à un stade précoce est essentiel, même si, outre-Sarine, l’anglais est perçu comme plus facile et plus utile.

Mais à cette heure, il serait hâtif de lire dans le non de dimanche un soutien sans faille au plurilinguisme helvétique et un attachement au Frühfranzösisch. Pas sûr, en effet, que l’argument de la cohésion nationale ait véritablement porté. Et rien n’indique que les Zurichois soient satisfaits du niveau de français de leurs enfants.

Plus simplement, c’est peut-être la peur de voir l’anglais repoussé au secondaire qui a fait pencher la balance si nettement. On peut l’imaginer. En prenant position contre l’initiative, c’est en tout cas cette dernière crainte qu’a mise en avant le PLR.

Le rejet de l’initiative ne doit en tout cas pas empêcher de repenser le système actuel, qui mérite d’être amélioré. (TDG)

Créé: 21.05.2017, 22h24

Gabriel Sassoon, correspondant à Zurich

Articles en relation

Zurich tient au français et à l’anglais en primaire

Votation Le canton rejette l’initiative sur l’enseignement des langues étrangères à plus de 60%. Plus...

«On ne peut pas compter sur l’école pour apprendre le français»

Votation Zurich vote sur l’enseignement des langues en primaire. Le système actuel n’est pas bon jugent des parents francophones. Plus...

«Vivre dans un pays plurilingue est un cadeau»

Suisse La linguiste Claudine Brohy est favorable à l’enseignement précoce des langues. Elle revient sur le débat actuel. Plus...

La Thurgovie défie Alain Berset

Guerre des langues Le Grand Conseil a accepté l’idée de biffer le français de la grille scolaire. Le canton avait pourtant mis de l’eau dans son vin. Plus...

La nouvelle pensée magique sur les langues

Chronique politique Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Aéroport: un vol toutes les 87 secondes en 2030
Plus...