«Amer», le président des Portes du Soleil s'en va

Vallée d'IlliezPierre-Marie Fornage quitte la société de remontées mécaniques qui exploite le domaine. Il évoque «la mauvaise foi et la méchanceté» de ses détracteurs.

L'attribution des travaux pour la création pour 11,5 millions d'un lac de retenue a été brandie par les détracteurs du président démissionnaire.

L'attribution des travaux pour la création pour 11,5 millions d'un lac de retenue a été brandie par les détracteurs du président démissionnaire. Image: Chantal Dervey

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Actif depuis 27 ans au sein des remontées mécaniques champérolaines, Pierre-Marie Fornage a annoncé vendredi son départ, une décision «mûrement réfléchie et définitive». Il l’a fait savoir dans un long courrier adressé à la presse. Le président de TCCPS (Télé Champéry Crosets Portes du Soleil) ne fait aucun mystère sur les raisons qui l’ont poussé à abandonner le navire: il y avoue son amertume et dénonce la «mauvaise foi, la méchanceté d’attaques personnelles e la mise en doute de mon honneur et de ma crédibilité». C’est Enrique Caballero qui prend sa succession.

Pour comprendre la situation, il faut remonter à octobre dernier. Appelés à voter sur la fusion avec TéléMorgins en très mauvaise posture financière, 80% des actionnaires de TéléChampéry-Les Crosets plébiscitent le rapprochement. Mais le poids dans le capital des 20% restants fait pencher la balance: la fusion passe à la trappe. «Cette décision va à l’encontre de mon discours de développement; elle sabote une solide et constructive vision, non seulement pour nos remontées mécaniques mais pour l’avenir touristique et économique de toute la région», écrit l’ex-président de TCCPS.

«Règlement de comptes»

Joint par téléphone, ce dernier explique toutefois que c’est le ton des débats, plus que le résultat du vote qui l’a profondément affecté. «En tant que président d’une société privée, on doit parfois prendre des décisions impopulaires. Certains propriétaires terriens ont profité de cette assemblée pour régler leurs comptes avec moi et remettre en doute mon intégrité. Après plus de 25 ans d’engagement, c’est douloureux.»

Parmi les reproches adressés au démissionnaire, celui-ci est notamment accusé d’avoir servi les intérêts de son propre bureau d’ingénieur. «Son ancien bureau, qu’il avait déjà vendu à l’époque, a décroché le projet de lac de retenue (ndlr: ce réservoir qui a coûté 11,5 millions de francs permet désormais l’enneigement en 48 jours du domaine skiable). Ses détracteurs ont sauté sur l’occasion pour dénoncer un conflit d’intérêts», illustre Enrique Caballero.

L’inquiétude des actionnaires n’était-elle pas légitime? «Ils ont raison de poser des questions, mais ils ne l’ont pas fait. Il n’y a pas eu de volonté de clarification, simplement de destruction. Il y a eu des interventions inappropriées, voire diffamatoire», estime Enrique Caballero.

2e vote en octobre

L’actuel et l’ex-président en sont convaincus: la fusion reste la voie à suivre. Elle conditionne notamment d’éventuelles aides publiques. «Le départ de Pierre-Marie ne change rien à notre stratégie. Mais nous espérons tous qu’il servira d’électrochoc et permettra de revenir à un débat plus factuel et moins émotionnel.» Enrique Caballero espère remettre le projet de mariage aux vois en octobre prochain. «Cela nous laisse huit mois pour tenter de convaincre.»

Créé: 31.01.2020, 12h28

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le coronavirus est à Genève
Plus...