Passer au contenu principal

Alerte aux pesticides dans l’eau potable

Les résidus de chlorothalonil, un fongicide déclaré potentiellement cancérigène, contaminent plusieurs captages. Sur le terrain, les critiques montent contre la lenteur de Berne à identifier et interdire les produits dangereux.

Une teneur presque deux fois trop élevée en résidus de chlorothalonil a été détectée près de la station de la Bressonne, qui alimente Lausanne en eau potable.
Une teneur presque deux fois trop élevée en résidus de chlorothalonil a été détectée près de la station de la Bressonne, qui alimente Lausanne en eau potable.
Vanessa Cardoso

Inconnu du grand public il y a seulement quelques semaines, le fongicide chlorothalonil est devenu «un gros problème» et un «défi de taille» pour les distributeurs d’eau potable en Suisse. C’est le constat presque alarmiste dressé jeudi par l’Office fédéral de l’environnement, qui présentait son rapport sur l’état des eaux souterraines du pays. Basée sur quelque 600 stations de mesures, cette analyse confirme la présence dans les nappes phréatiques de traces d’engrais et de pesticides issus surtout de l’agriculture. Mais le sujet brûlant dont tout le monde parle en ce moment, c’est bien le chlorothalonil.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.