Passer au contenu principal

CoronavirusSortie de crise rapide pas réaliste, selon Berset

Alors que la Suisse compte désormais 559 victimes du coronavirus, le ministre de la Santé appelle la population à la discipline et n'exclut pas un couvre-feu à Pâques.

Le ministre de la Santé Alain Berset.
Le ministre de la Santé Alain Berset.
Keystone

Une sortie rapide de la situation actuelle n'est pas réaliste, estime le ministre de la Santé Alain Berset. Mais les partis, les milieux économiques et les syndicats s'impatientent: ils appellent à une stratégie de reprise pour la machine économique dès le 19 avril.

Le cap des 20'000 personnes testées positives au Covid-19 (21'100) a été dépassé ce week-end en Suisse. Dimanche, l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) recensait 559 décès. Le Tessin, le canton le plus touché, compte 177 morts et le canton de Vaud, 123, tandis que le nombre d'hospitalisations diminue.

Le Conseil fédéral discutera mercredi des possibilités de sortir du confinement, mais une décision sur le sujet n'est pas encore à l'ordre du jour. Car une sortie rapide de la situation actuelle n'est pas réaliste, estime le ministre de la Santé Alain Berset dans une interview avec la «SonntagsZeitung». «Pour l'instant, il semble illusoire de penser que nous pourrons faire beaucoup de changements d'ici au 20 avril», indique le Fribourgeois.

Couvre-feu à Pâques possible

«Ce n'est que lorsque le nombre de personnes infectées et d'admissions à l'hôpital aura clairement diminué que nous pourrons envisager d'assouplir les règles», ajoute-il. L'expérience a montré que, si l'assouplissement intervient trop tôt, cela prolonge la crise. Si la discipline de la population baisse, le conseiller fédéral n'exclut pas d'avoir recours à des mesures encore plus sévères, jusqu'à un couvre-feu à Pâques.

S'il suffisait de porter un masque pour pouvoir retourner au travail de manière sécurisée, cela aurait déjà été fait, a souligné Daniel Koch, délégué de l'OFSP pour le coronavirus lors d'un point de presse samedi à Berne. Porter un masque peut protéger les autres, mais il ne suffit pas pour se protéger soi-même et reste une mesure insuffisante dans plusieurs corps de métier.

Rouvrir les entreprises

La pression pour rouvrir progressivement l'économie augmente toutefois. Dans une interview avec la «NZZ am Sonntag», la présidente du PLR Petra Gössi réclame la réouverture de tous les commerces qui peuvent respecter les mesures de sécurité de l'OFSP.

Et le débat sur la façon de rouvrir progressivement l'économie bat son plein en coulisses, rapporte la« SonntagsZeitung». Les présidents de l'Union patronale suisse (UPS), de Swissmem et de l'Union syndicale suisse (USS) demandent à l'unisson au Conseil fédéral de présenter des scénarios.

L'industrie, les épiceries, les pharmacies et les bureaux de poste ont appris comment appliquer les recommandations de l'OFSP. De nombreux magasins et entreprises pourraient s'en inspirer, estime Hans Hess, patron de Swissmem.

Le redémarrage économique n'est pas une question de santé ou d'économie, mais de santé et d'économie. «Personne ne veut d'une deuxième vague de contamination», a plaidé pour sa part Valentin Vogt, président de l'Union patronale suisse.

Les autorités se concentrent pour l'instant sur les moyens d'assurer les salaires des employés et d'éviter les faillites des entreprises, a dit samedi la directrice du Secrétariat d'État à l'économie (Seco), Marie-Gabrielle Ineichen-Fleisch. Actuellement, près d'un actif sur quatre est au chômage partiel en Suisse, soit 1,3 millions de personnes. Au Tessin, ce taux atteint même 40%.

Outre l'impact sur l'économie, Petra Gössi se préoccupe également de l'effet de la fermeture des écoles en matière d'égalité des chances pour les enfants et les jeunes. Elle demande que les écoles de la scolarité obligatoire, en particulier les niveaux inférieurs et moyens, reprennent leurs activités après les vacances de printemps.

Armée: engagement après l'été

La conseillère fédérale Viola Amherd gère le plus grand engagement de l'armée depuis la Seconde Guerre mondiale. Dans une interview publiée dans «Le Matin Dimanche», elle dit «un très grand merci» aux jeunes qui devaient passer trois semaines en cours de répétition et qui resteront trois mois sans voir leurs proches: «J'ai des retours de la part des Cantons, des hôpitaux et de la population qui nous disent à quel point il est important de pouvoir compter sur ces jeunes.»

Quant à la durée de l'engagement de l'armée, tout reste ouvert. «Si le soutien de l'armée devait s'arrêter fin juin, ce serait très bien pour tout le monde, mais il faut aussi se préparer à l'hypothèse d'une prolongation de la crise après l'été. Nous planifions tous les scénarios».

Les Suisses semblent dans les grandes lignes avoir respecté les consignes ce week-end. L'accès au col de la Flüela (GR) a en revanche dû être fermé: près d'une centaine de véhicules étaient stationnés sur près de 2 kilomètres.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.