De l'ail et des agrumes contre les rots des vaches

EnvironnementLa Fondation pour le climat soutient un projet pour soulager les estomacs fragiles et très polluants des bovins.

Un complément alimentaire permet de soulager l'estomac des vaches, et la planète avec.

Un complément alimentaire permet de soulager l'estomac des vaches, et la planète avec. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

On le sait, les vaches polluent. Beaucoup. Les ruminants «nuisent tout autant au climat que les voitures, les camions et les avions combinés, selon la Fondation suisse pour le climat. Le méthane qui se forme dans leur estomac est bien plus nocif que le CO2.» La fondation a donc accordé 200 000 francs de subsides à une PME romande, Mootral, basée à Rolle, produisant un complément alimentaire naturel à base d’ail et d’agrume.

La légende prétend que les pets des vaches sont en grande partie responsables du trou de la couche d’ozone, mais en réalité ce sont surtout les rots produits pendant la rumination qui sont les principaux responsables de leur forte production de méthane, entre 3 et 4 tonnes d’équivalent CO2 par an.

Le complément doux aux estomacs des vaches permettrait de les faire mieux digérer - et de réduire jusqu’à 38% de leurs émissions de méthane, selon les expériences menées par l’entreprise. Mootral présente donc une solution pour réduire avec effet immédiat les émissions de carbone, et ce sans coûts prohibitifs pour les agriculteurs. Mootral espère ainsi démontrer que son complément permet de réduire les émissions des vaches sans que des milliards d’investissements, de nouvelles infrastructures, ou encore de nouvelles interdictions ou lois ne soient nécessaires.

3 à 4 tonnes de CO2 par an

Grâce à ce coup de pouce, la PME pourra ainsi vendre son complément alimentaire à un prix réduit dans un premier temps. Une mesure nécessaire, car le temps presse, selon Vincent Eckert, directeur de la Fondation suisse pour le climat. «Il est important que de telles mesures soient adoptées rapidement, car, au cours des 12 prochaines années, l’humanité doit réduire de moitié ses émissions de gaz à effet de serre par rapport à l’année 1990.» Or, selon les calculs de Mootral, plus de 1,5 milliard de vaches peuplent les prés de cette planète et, selon les dernières estimations, elles seront 2,5 milliards d’ici à 2050. Une bête produit à elle seule 500 litres de méthane par jour.

Succès grandissant

La Fondation suisse pour le climat est une fondation indépendante d’utilité publique placée sous la surveillance de la Confédération. Son rôle est d’encourager les entreprises qui souhaitent contribuer davantage à la protection du climat par une utilisation efficace et ciblée des recettes provenant de la taxe CO2. Créée en 2008, la fondation connaît un succès grandissant. «La gamme de projets soumis est énorme, se réjouit Vincent Eckert. Les PME s’activent de toutes parts en faveur de la lutte contre le changement climatique. C’est exactement ce qui doit être fait si nous voulons prévenir ses effets les plus dévastateurs.»

Créé: 16.05.2019, 18h21

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Jocelyne Haller refuse son élection
Plus...