Aide à la Palestine: M. Cassis a bien raison

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le conseiller fédéral Ignazio Cassis s’est récemment fait tancer par l’habituelle cohorte de politiciens, médias et autres «influenceurs» bien-pensants lorsqu’il a exprimé ses doutes quant à la pertinence de l’UNRWA dans le règlement du problème des réfugiés palestiniens et, par voie de conséquence, la pertinence de l’utilisation de l’argent des contribuables suisses pour financer cette organisation hypertrophiée (plus de 30 000 employés). L’UNRWA se vante de s’occuper de… 5 millions de réfugiés, chiffre en augmentation constante depuis septante ans.

Ce soutien se traduit par des programmes éducatifs cultivant l’esprit revanchard, la perspective d’un impossible et infondé «retour.

En 1948, en effet, le consensus évalue à 700 000 le nombre d’Arabes habitant la région dite «Palestine» (aucun État constitué de ce nom n’ayant existé) ayant quitté – pour la plupart volontairement – leur domicile. L’UNRWA est la seule agence de l’ONU à s’occuper exclusivement d’une seule catégorie de réfugiés – les Palestiniens –, l’ensemble des autres catégories, comprenant près de 70 millions de personnes, étant traité par l’UNHCR (11 517 employés).

L’accroissement exponentiel du nombre de réfugiés palestiniens est principalement dû à la transmission héréditaire de ce statut de réfugié, sans limitation de durée, cas unique parmi tous les réfugiés et à un taux de natalité exceptionnellement élevé. Il est aussi dû au fait qu’ils n’ont pas pu ou voulu s’intégrer à un pays d’accueil alors que la très grande majorité vit dans ou aux confins de pays arabes voisins qui ne cherchent guère à les intégrer, afin de faire perdurer le conflit.

À noter toutefois que certains ont la double «nationalité»: réfugié palestinien et citoyen d’un autre pays! À titre de comparaison, les juifs qui ont dû – à la même époque et en raison du conflit israélo-arabe et de l’antisémitisme musulman – s’exiler des pays arabes d’Afrique du Nord, du Proche et du Moyen-Orient sont au nombre de 800 000, n’ont jamais bénéficié d’un statut de réfugié onusien et se sont totalement intégrés à différents pays d’accueil: Israël, la plupart des pays d’Europe, le Canada, l’Australie ou les États-Unis. Cela montre – comme l’a relevé M. Cassis – que non seulement l’action de l’UNRWA ne fait rien pour atténuer le problème (et pourquoi le ferait-elle, tout organisme tendant naturellement à se perpétuer?) mais surtout qu’elle contribue à sa pérennisation en soutenant ce phénomène explosif et cela avec des ressources totalement disproportionnées.

Ce soutien se traduit notamment par des programmes éducatifs cultivant l’esprit revanchard, la perspective d’un impossible et infondé «retour», plus de 99% des concernés n’ayant jamais vécu dans les territoires visés et échouant à encourager toute initiative constructive locale. À titre d’information, et selon des sources fiables et facilement vérifiables, le nombre de réfugiés pouvant se prévaloir de ce statut selon les normes internationales serait aujourd’hui de l’ordre de… 30 000, soit environ un demi pour mille du nombre effectivement soutenu!

En conclusion, j’invite les bien-pensants à repenser objectivement la situation et à se poser la question de la pertinence d’une contribution annuelle de la Suisse de plus de 20 millions de Francs (10e contributeur mondial) à un organisme dont la contribution au règlement de la question palestinienne est pour le moins discutable. Pour ma part, en tant que citoyen et contribuable, j’estime qu’il y a des causes bien plus appropriées.

* Ancien vice-président de la CICAD (TDG)

Créé: 08.08.2018, 18h10


Retrouvez ici tous les invités de la Tribune de Genève La rubrique L’invité(e) est une tribune libre (3000 signes, espaces compris) sélectionnée par la rédaction. Avant d’envoyer votre contribution, prenez contact assez tôt à courrier@tdg.ch, afin de planifier au mieux son éventuelle publication.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Elections en Europe: les Verts progressent partout
Plus...