Passer au contenu principal

AgroSustain, la start-up qui mise sur le durable

Ralentir la décomposition des fruits et légumes: un projet pour lequel Olga Dubey vient d’être distinguée par le magazine économique «Forbes».

Olga Dubey (deuxième depuis la gauche) dirige la start-up AgroSustain.
Olga Dubey (deuxième depuis la gauche) dirige la start-up AgroSustain.
DR

Les pertes liées aux fruits et légumes détériorés par des champignons après récolte sont estimées à 60 milliards de francs par an, selon les Nations Unies. Une tendance qui pourrait être inversée grâce au produit développé par la start-up AgroSustain. La jeune entreprise basée à Épalinges (VD) veut allonger la durée de conservation des baies, tomates ou raisins grâce à un composé biologique qui empêche la croissance des champignons pathogènes. Se présentant sous la forme d’un spray, il vise à prolonger de quatre à sept jours la durée de vie des aliments traités.

Une solution qui découle des recherches menées par la docteure en biologie moléculaire Olga Dubey. «Dans le cadre de ma thèse à l’Université de Lausanne, je me suis intéressée aux propriétés antifongiques des plantes», explique la jeune femme d’origine russe. Elle a ainsi identifié une première molécule présentant une forte résistance aux champignons responsables de la pourriture grise qui recouvre certains fruits. «L’avantage est que cette molécule peut être extraite des plantes grâce à un processus de synthèse organique, une manière de garantir une production durable.»

Pour commercialiser le fruit de ses travaux, la chercheuse fonde AgroSustain en mai 2018, avec son mari Sylvain et Jean-Pascal Aribot. L’entreprise compte aujourd’hui 9 employés et a réalisé une première levée de fonds d’un million de francs en fin d’année dernière. Un nouveau tour de financement est prévu prochainement pour permettre la mise sur le marché de son premier produit, baptisé AgroShelf +, d’ici à un ou deux ans. «Nous menons actuellement des tests en collaboration avec un grand distributeur suisse, pour étudier les végétaux qui se prêtent le mieux au traitement.»

La jeune femme vient par ailleurs d’être nommée par le magazine «Forbes» dans la catégorie Science et santé de son classement annuel «30 under 30» pour l’Europe, qui présente des entrepreneurs novateurs. «C’est une nouvelle inattendue, pour être franc. Mais il est évidemment toujours agréable de profiter de ce type d’exposition, d’autant plus qu’elle offre aussi de nouvelles opportunités de réseautage.»

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.