Passer au contenu principal

SuisseAffaire Pierre Graber: l'enquête va s'arrêter là

Berne ne va pas creuser plus pour savoir si le conseiller fédéral Pierre Graber avait ou non passé un accord avec l'OLP.

Pierre Graber en décembre 1969.
Pierre Graber en décembre 1969.
Keystone

Le Parlement ne va pas chercher à en savoir plus sur l'éventuel accord secret entre l'ancien conseiller fédéral Pierre Graber et l'Organisation de libération de la Palestine (OLP). Les commissions de gestion ont pris acte jeudi qu'aucun élément ne confirme l'existence d'une telle entente.

Selon la thèse développée par le journaliste de la NZZ Marcel Gyr dans l'ouvrage «Schweizer Terrorjahre», le ministre socialiste des affaires étrangères Pierre Graber aurait passé un accord avec l'OLP pour mettre fin à une série d'attaques ayant visé la Suisse en 1969 et 1970.

Il l'aurait fait sans en informer ses collègues et participé à une rencontre à Genève arrangée par son collègue de parti Jean Ziegler. L'accord secret aurait eu des répercussions sur l'enquête concernant le crash d'un avion à Würenlingen (AG) en février 1970. Une bombe avait explosé peu après le décollage, tuant 47 personnes. Les auteurs de l'attaque n'ont jamais été poursuivis en justice.

Enquêtes approfondies

Un groupe de travail nommé par le Conseil fédéral et l'Autorité de surveillance du Ministère public de la Confédération ont mené des investigations. Celles-ci n'ont relevé aucun indice permettant de conclure que la procédure pénale n'aurait pas été menée conformément à la loi ni fourni d'éléments qui confirmeraient l'existence d'un accord secret entre la Suisse et l'OLP.

Les commissions saluent les enquêtes approfondies menées en si peu de temps. Elles estiment que des investigations complémentaires n'apporteraient rien de nouveau et qu'il n'est pas non plus nécessaire de prendre des mesures supplémentaires.

Tout au plus les parlementaires déplorent-ils que le groupe de travail n'ait pas eu accès aux sources anonymes de Marcel Gyr. Le président de la commission de gestion du National Alfred Heer (UDC/ZH) a appelé le journaliste à lever cet anonymat.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.